Accueil Guerre en Ukraine

Un opposant russe inculpé pour «haute trahison»: «Ces interventions ne menaçaient en rien la Russie»

Il a déjà été emprisonné pour avoir critiqué l’offensive en Ukraine.

Temps de lecture: 2 min

L’opposant russe renommé Vladimir Kara-Mourza a été inculpé en Russie pour « Haute trahison », a indiqué jeudi son avocat, un crime passible de très lourdes peines de prison alors qu’il est déjà emprisonné pour avoir critiqué l’offensive en Ukraine.

« Notre client a été inculpé pour avoir pris la parole et critiqué les autorités russes à trois reprises lors d’événements publics à Lisbonne, Helsinki et Washington », a indiqué son avocat Vadim Prokhorov, cité par l’agence de presse russe TASS. « Ces interventions ne menaçaient en rien (la sécurité de la Russie), il s’agissait de critiques publiques », a-t-il ajouté, précisant que M. Kara-Mourza rejetait ces accusations.

Le crime de « Haute trahison » est passible de vingt ans de prison, mais la sentence peut être alourdie si le suspect est visé par plusieurs chefs d’inculpation. Dans le cas présent, Vladimir Kara-Mourza était déjà visé par deux autres affaires pénales. En avril, il a été arrêté à Moscou après avoir critiqué l’offensive en Ukraine, notamment sur les réseaux sociaux, et inculpé pour « diffusion de fausses informations » sur l’armée russe, un crime passible de dix ans de prison. Par la suite, en août, pendant son emprisonnement, il a été accusé d’avoir travaillé pour une organisation désignée comme « indésirable » en Russie, en organisant en 2021 à Moscou une conférence sur les prisonniers politiques.

À lire aussi Irina Scherbakova, activiste russe: «Si Poutine gagne cette fois-ci, il n’y aura plus aucun espoir»

Vladimir Kara-Mourza, 41 ans, est l’une des dernières figures de l’opposition russe se trouvant encore dans le pays. Ancien journaliste, il était un proche de l’opposant Boris Nemtsov, assassiné non loin du Kremlin en 2015, et a aussi travaillé avec l’organisation de Mikhaïl Khodorkovski, ex-oligarque devenu détracteur en exil de Vladimir Poutine. M. Kara-Mourza affirme avoir été empoisonné à deux reprises par des agents russes, en 2015 et en 2017, en raison de ses activités politiques.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par massacry olivier, jeudi 6 octobre 2022, 19:56

    Tiens silence des Z&co.

  • Posté par Caver Jean, jeudi 6 octobre 2022, 18:26

    La démocratie moscovite dont certains rêvent...

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une