Accueil Guerre en Ukraine

La Russie dénonce les propos de Zelensky: «Un appel à débuter une nouvelle guerre mondiale»

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé l’Otan à faire des « frappes préventives » contre la Russie. Kiev a ensuite rectifié en précisant que Zelensky parlait de sanctions préventives et pas des frappes nucléaires.

Temps de lecture: 2 min

Moscou a fustigé jeudi des déclarations du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a évoqué des « frappes préventives » de l’Otan contre la Russie, Kiev précisant ensuite que M. Zelensky parlait de sanctions préventives et non de frappes nucléaires

.

M. Zelensky s’est exprimé jeudi lors d’une visioconférence avec le centre de réflexion australien Lowy Institute. « Que doit faire l’Otan ? Eliminer la possibilité que la Russie utilise des armes nucléaires. Mais surtout, je lance à nouveau un appel à la communauté internationale, comme avant le 24 février : des frappes préventives, pour qu’ils sachent ce qui leur arrivera s’ils les utilisent », a déclaré le dirigeant ukrainien. « Et non l’inverse, attendre des frappes nucléaires de la Russie pour pouvoir dire : “Oh, eh bien, tu fais ça, alors maintenant prends ça de notre part !” Revoir sa façon de faire pression, voilà c’est ce que doit faire l’Otan, revoir sa façon de l’utiliser », a poursuivi M. Zelensky.

À lire aussi L’Ukraine vient gâcher la fête des 70 ans de Poutine

Après ces déclarations, le porte-parole de M. Zelensky, Serguiï Nykyforov, a expliqué que ces propos avaient trait à des sanctions préventives qui auraient pu être prises à l’encontre de Moscou avant l’offensive du 24 février, et non à des frappes militaires préventives. « Le président a parlé de la période d’avant le 24 février. Il aurait fallu alors prendre des mesures préventives pour ne pas permettre à la Russie de déclencher la guerre. Je rappelle que les seules mesures dont il était alors question, c’étaient les sanctions », a-t-il indiqué sur Facebook, disant que Kiev n’appellerait « jamais » à l’emploi d’armes nucléaires.

À lire aussi Guerre en Ukraine: voici les nouvelles sanctions de l’Union européenne contre la Russie

« Des telles déclarations ne sont rien d’autre qu’un appel à débuter une nouvelle guerre mondiale avec des conséquences monstrueuses et imprévisibles », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l’agence Ria Novosti. Il a appelé les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne à réagir à ces propos, jugeant que ces pays dirigeaient « de facto » les actions de Kiev.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

26 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 7 octobre 2022, 12:20

    Toujours la même "projection " "miroir" des soviétiques : le premier a menacer du "nucléaire" fut Poutine : .... "et ce n'était pas du Bluff" (dixit lui-même). Donc, oubliez le lapsus lin gui de Zelenski , qu'il a rectifié lui-même.

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 7 octobre 2022, 15:40

    C'est quand même Poutine qui vient d'annexer la centrale NUCLÉAIRE de Zaporija ! Non ? C'est toujours POUTINE qui COMMENCE les provocations "nucléaires" (pour après ... accuser l'autre).

  • Posté par Caver Jean, vendredi 7 octobre 2022, 9:57

    Tiens qui revoilà : la collection de cons utiles de Moscou ! L'un qui fustige un chef qui pour se défendre prône l'attaque (c'est mal hein !!!), une autre qui revient avec ses Américains et son gaz de schiste, en oubliant (?) que les USA nous livrent déjà du gaz et que cela n'empêche nullement l'UE de chercher d'autres fournisseurs. L'Ukraine doit tenir son cap et ne rien lâcher. La Russie sera humiliée et c'est tout ce que ce peuple d'alcooliques dégénérés mérite.

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 7 octobre 2022, 12:14

    +1000

  • Posté par Bricourt Noela, vendredi 7 octobre 2022, 8:48

    Ce malade mental de 70 ans qui n'a plus rien à perdre va provoquer une guerre mondiale.

Plus de commentaires
Sur le même sujet (2)

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une