Accueil Belgique Politique

Paul Magnette sur les salaires des ministres: «Il faut demander à tous ceux qui ont un salaire élevé de faire un effort»

Toucher aux salaires des ministres, « pour le symbole », dans cette crise énergétique ? Paul Magnette répond.

Temps de lecture: 2 min

Paul Magnette est favorable à une réduction du salaire des ministres à tous les échelons de pouvoir, mais reconnaît que la mesure aura peu d’impact sur le budget. «Oui, je le (raboter le salaire, NDLR) ferai avec l’ensemble des décisions qui sont prises», a déclaré le président du parti socialiste au micro de La Première, vendredi matin.

Le Premier ministre Alexander De Croo a remis jeudi une note à son équipe dans laquelle il est proposé de réduire de 8% les traitements des membres du gouvernement à partir de 2023. La recette attendue en 2023 s’élèverait à 456.000 euros.

Paul Magnette a indiqué qu’une éventuelle baisse du salaire des ministres était une mesure plus que symbolique, tout en reconnaissant que ce type d’effort n’aurait pas de rendement budgétaire significatif. Une contribution de crise sur tous les hauts revenus serait plus efficace à ses yeux. «Et ce serait un signal politique envoyé à la population.»

À lire aussi Réduire le salaire des ministres et des parlementaires? L’idée fait tache d’huile

M. Magnette refuse cependant de conditionner les efforts de la classe politique à ceux du privé. «On le (réduire les salaires, NDLR) fera pour les mandataires politiques quoi qu’il arrive, mais faisons-le aussi pour les hauts revenus équivalents dans les autres secteurs. (...) On est dans un moment difficile pour énormément de familles, je trouve que c’est un signal d’équité et de décence.»

À côté de cela, le président du PS recommande d’augmenter les prélèvements sur la fortune. Et d’énumérer la taxe sur les comptes-titres dont il préconise de relever le seuil, la suppression des avantages fiscaux des banques et des multinationales, la mise en place d’un impôt minimum sur les multinationales...

«Quand on est en période de crise, ce sont ceux qui ont de la marge, ce sont ceux qui font des bénéfices qui doivent payer: les surprofits dans l’énergie, les profits importants dans la finance...»

Le PTB a également eu également son mot à dire vendredi matin, le président du parti, Raoul Hedebouw s’exprimant sur LN24 et la cheffe de groupe PTB à la Chambre, Sofie Merckx étant invitée par Bel RTL. Tous deux ont rappelé que leur formation prônait une réduction de 50% du salaire des ministres et des députés.

«Le problème est non seulement le coût (de ces salaires, NDLR), mais aussi la déconnexion du monde politique avec les problèmes des gens», a commenté Mme Merckx. «Ils montrent leur déconnexion par leur politique et la manière dont ils tardent à prendre des mesures structurelles pour baisser le prix des factures énergétiques.»

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Baeyens Remi, vendredi 7 octobre 2022, 11:17

    La seule action positive de nos 'gouvernants' est d'avoir réussi à juguler l'épidémie du Covid. Tout le reste est un échec total avec tout le contenu et fatras 'idéologique' politique qui n'est autre que de la création d'entropie. Nous en sommes qu'à des palabres continuelles et du 'c'est moi qui' et 'c'est l'autre qui.' Est ce cela que le citoyen demande ?

  • Posté par Leman Bernard, vendredi 7 octobre 2022, 11:07

    Dis Paul.....juste comme ça en passant..... tu es élu du peuple..... ton salaire vient en partie de mon salaire...OK et la démocratie dans laquelle je vis ne me laisse pas l'opportunité de te payer ou non..... quand j'achète un bien d'une entreprise privée.....c'est un choix, je le décide personnellement...... alors oui, cela ne changera pas la face du monde mais c'est montrer aussi la solidarité car l'impact du prix des énergies n'est pas le même pour toi que pour un ou une pensionné-e qui aurait travaillé toute sa vie en mi-temps......

  • Posté par Du Four Philippe, vendredi 7 octobre 2022, 10:29

    Tout à fait d'accord avec vous, Jeanine, ne pas confondre les salaires du secteur public avec les salaires du privés : quand les uns (public) sont payés en fonction de leur statut, les autres (privé) sont payés en fonction de leur performance, de leurs accomplissements. Y pas photo! Maintenant, raboter le salaire de nos politiciens ne va pas régler le problème ... Encore une fois, ce n'est pas avec des "mesurettes" ici et là sans connexion les unes avec les autres que nous allons régler la situation. La solution doit se travailler plus en profondeur, doit être plus holistique ... et çà j'ai bien peur qu'on en est encore loin.

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 7 octobre 2022, 9:58

    Et maintenant c'est la surenchère populiste. Et hypocrite, car il ne faut pas oublier que la plupart des politiciens tirent plus de revenus de leurs nombreux petits "à côtés" que de leur salaire proprement dit.

  • Posté par c006ED7, vendredi 7 octobre 2022, 9:05

    Tiens les parvenus viennent de se rendre compte qu'ils touchaient des salaires indécents et sans aucune justification. Et la suppression des postes inutiles ont en parle ? Les 300.000 annuels de la belle-soeur de Magnette à la CWAPE, alors que c'est une incompétente notoire.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une