Accueil Belgique Politique

Budget: voici les mesures annoncées par le gouvernement wallon

Le budget régional pour 2023 prévoit trois milliards d’aides aux ménages et aux entreprises dans le cadre de la crise énergétique. Les gestionnaires de réseau seront sollicités.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Au terme d’une dizaine de jours de conclave, le gouvernement wallon PS-MR-Ecolo s’est entendu sur les paramètres du budget pour l’exercice 2023. L’équation était complexe. Il s’agissait à la fois de soutenir les ménages et les entreprises confrontées à la crise énergétique, après la crise sanitaire et les inondations, mais aussi de faire figure à l’intention des marchés financiers ou des agences de notation qui observent depuis plusieurs années la dégradation des déficits et de l’endettement.

En résumé, deux chiffres sont à retenir. Le solde brut à financer est ramené de 4 milliards en 2022 à 3 milliards en 2023. Un effort de 3 milliards est dégagé dans le cadre de la lutte contre la crise énergétique. Entre des mesures liées à la rénovation des bâtiments et à l’augmentation des primes, une mesure retient prioritairement l’attention : les distributeurs d’énergie et les gros producteurs d’énergie renouvelable seront sollicités afin qu’ils revoient à la baisse les factures adressées aux consommateurs. Les calculs sont en cours.

Deux budgets en un

D’où vient-on ? Il y a un an jour pour jour, le budget de la Wallonie affichait un solde brut à financer (soit la différence entre recettes et dépenses) de 4,134 milliards, ramené à 3,980 milliards après l’ajustement de l’été dernier. Mais on sait que l’exécutif distingue désormais, de manière artificielle, les dépenses dites « ordinaires » et les dépenses « one shot » consacrées à la réaction aux crises successives.

Pour 2022, la trajectoire vers l’équilibre des dépenses ordinaires en 2024 (fin de législature) était respectée : un déficit de 207 millions au budget initial et même de 112 millions après ajustement.

Par contre, côté « one shot », la volonté de « ne laisser personne au bord de la route » et de financer le plan de relance avait plombé la dette globale régionale, désormais astronomique autour des 30 milliards : 1,74 milliard pour la relance, 735 millions pour les inondations et 362 millions pour le covid, rien que pour l’exercice 2022.

À lire aussi Elio Di Rupo: «La Wallonie peut devenir un modèle à suivre»

Pour garantir la soutenabilité à terme de cette dette, les experts avaient recommandé un train d’efforts structurels et cumulatifs de 150 millions par an, dès l’exercice 2022. Le tour de vis avait été effectué par les différents ministres, ramenant du même coup le solde brut à financer de 4,286 à 4,136 milliards.

Les temps sont durs

Le conclave pour le budget 2023 prévoit donc un solde brut à financer en baisse, autour de 3 milliards d’euros, mais aussi des efforts structurels d’économie de 250 millions pour contenir l’endettement, plutôt que les 150 millions initialement prévus.

Clairement, les temps sont durs. Au-delà de ces restrictions sur les dépenses directes de fonctionnement (monitoring des dépenses, réduction de 8 % des indemnités ministérielles, mobilité interne…), le gouvernement prévoit aussi de dégager 703 millions sur la trésorerie des différents organismes para-régionaux.

À lire aussi «Don’t pay»: pourquoi certains citoyens refusent de payer leurs factures énergétiques

Une autre source d’économie : les budgets « non-consommés » liés au plan de relance seront réorientés, notamment pour éponger la perte de 350 millions liée à la révision à la baisse de la générosité européenne. Par contre, les 42 projets prioritaires sont intégralement maintenus.

Parmi les nouvelles à retenir encore : le gel de l’indexation des loyers pour les passoires énergétiques ou un montant de 95 millions pour l’indexation des travailleurs APE en 2022 et 2023.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Lambotte Serge, vendredi 7 octobre 2022, 22:53

    combien pour la gare de Mons cette année?

  • Posté par Bricourt Noela, vendredi 7 octobre 2022, 19:37

    Ils auraient réduit leur revenu de 8% .. espérant que les actifs qui les rémunèrent se taisent. Cela ne change pas leur train de vie, avec véhicule automobile de luxe, chauffeur etc. Pour la planète, c'est le "petit" qui trinque. Si la maison qu'il donne en location n'est pas assez isolée, stop à l'indexation du loyer. Ah ce salopard de riche propriétaire qui pollue la planète. La prochaine fois, il décideront de détruire cette maison.

  • Posté par Moritz Montanez, vendredi 7 octobre 2022, 18:19

    Et ils ont dépensé combien encore pour les voitures de fonction ? 1.5 million pour 53 voitures de 8 ministres. En particulier le nouveau carrosse de Philippe Henry a coûté 84.000€ et c'est le même qui est chargé de... trouver des alternatives à la voiture.

  • Posté par Lietard Rudy, vendredi 7 octobre 2022, 18:19

    Elio le zombie de Mons, et ta pension c'est pour quand ? 71 ans et toujours au travail pour remplir ton compte en banque, toi le donneur de leçons pour abaisser l'âge maximum d'accès à cette même pension. Montre l'exemple s-t-p.

  • Posté par Heymbeeck Joseph, vendredi 7 octobre 2022, 17:45

    Ouille. Revoila l' hagard de Mons... (sic)

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une