Accueil Société

L’UCLouvain condamnée pour violence au travail envers une professeure de biologie

Temps de lecture: 2 min

Le tribunal du travail du Brabant wallon a condamné vendredi l’UCLouvain pour des violences psychiques infligées à la professeure de biologie Caroline Nieberding, a indiqué à Belga Jean-Pascal van Ypersele, climatologue et professeur au sein de l’institution louvaniste.

« Le tribunal a reconnu l’existence de violences psychiques subies par la professeure dans le cadre de son travail » à l’université, « et en a ordonné la cessation via différentes mesures », ajoute M. van Ypersele, qui se présente comme un soutien de sa collègue, Caroline Nieberding.

Victime de harcèlement au travail et de violence en raison de son genre, la biologiste reprochait à l’UCLouvain de ne pas avoir pris les mesures qui s’imposaient pour la protéger. Notamment, aucune médiation n’a été entreprise malgré des demandes répétées de la plaignante. Caroline Nieberding dénonçait entre autres des remarques sexistes concernant son physique, un harcèlement moral et sexuel, une forme d’exclusion et le dénigrement par ses collègues de l’Earth and Life Institute (ELI).

Le Bureau de l’institut ELI reconnaissait pour sa part le 30 septembre dernier, via communiqué, l’existence d’un « conflit multiforme de longue date entre un membre du personnel académique qui se heurte à de nombreux autres membres académiques, scientifiques, mais aussi administratifs et techniques », précisant encore que « des propositions répétées ont été formulées par l’UCLouvain pour restaurer la sérénité au travail et soulager les personnes qui subissent des attaques ».

Le Bureau de l’institut ELI indiquait également regretter certaines sorties de presse avant que le tribunal du travail n’ait statué sur l’ensemble du dossier. « Cela met en péril la réputation de l’institut ELI, porte atteinte à son autorité morale et cause, en outre, un préjudice moral injustifié aux centaines de ses collaborateurs. Mais surtout, cela conduit à ce que des revendications nécessaires pour une égalité entre les hommes et les femmes se transforment en des demandes pour un égalitarisme forcené, parfois absurde, qui génère du ressentiment et contribue à consolider un discours victimaire » ajoutait alors le Bureau.

Auparavant, l’auditorat du travail, saisi de la question, avait déjà estimé que l’absence de réaction (suffisante) de l’UCLouvain a porté atteinte à l’intégrité psychique et morale de la plaignante.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par c006ED7, lundi 10 octobre 2022, 9:06

    Ha L'UCL et ses dérives soigneusement passées sous silence. Des ""professeurs"" qui se croient tout permis, considérant leurs assistants comme leurs esclaves, rédigeant à leur place leur quota de publication pour qu'ils puissent se la couler douce. C'est aller au point où on a retrouver il y a quelques années un assistant africain embauché par une prof de l'UCL sans aucune démarche administrative, payé au noir sur les fonds de recherches, il habitait depuis plusieurs semaines dans un réduit d'une cave du bâtiment de la faculté. Bien entendu l'UCL ne pris aucune mesure contre cette professeur, là où la bonne réaction aurait été un licenciement pour faute grave mais bon les loups ne se mangent pas entre eux. Beaucoup de gens ignorent qu'aux dernières nouvelles, il n'y a pas de carte de congé pour le personnel académique : ils sont libres de prendre autant de jour de congé qu'ils veulent sans aucun contrôle : après on s'étonne qu'ils refilent tout le boulot aux assistants et les exploitent.

  • Posté par Filleul Stéphane, vendredi 7 octobre 2022, 22:49

    Sobriété numérique - Une vidéo en rapport indirect avec le sujet de l'article est insérée dans cet article. Elle démarre automatiquement. Si je la mets sur pause, le buffer continue de se remplir. Ceci fait "exploser" la quantité de données téléchargées lors de la consultation de cet article, ce qui est néfaste en termes d'émission de CO2. Le Soir peut-il modifier le paramétrage de son dispositif vidéo afin d’éviter ceci ? Le mieux est sans doute que la vidéo démarre à la demande du lecteur.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko