Accueil Culture Musiques

ANOHNI, la confusion des genres

Celui qui s’appelait Antony revient en tant que transgenre assumée sur la scène de l’AB.

Article réservé aux abonnés
Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 3 min

P lucked her eyebrows, shaved her legs/ And then ’he’ was a ’she'/ She says ’Hey, babe, take a walk on the wild side’ ». ANOHNI connaît la chanson de Lou Reed par coeur. Et pas seulement parce qu’il/elle a joué les choristes de luxe pour le vieux Lou durant sa tournée 2003, mais aussi parce qu’il/elle n’a jamais su/voulu choisir. Jusqu’à récemment, de manière on ne peut plus naturelle. Ce nouveau nom, elle l’utilisait depuis des années dans sa vie personnelle. Quant à son genre…

« Mes amis proches utilisent le pronom féminin quand ils me parlent. Je n’ai rien demandé de particulier à la presse… Mais dans ma vie personnelle, je préfère ’elle’. Je pense que les mots sont importants. S’adresser à une personne dans le pronom qu’elle a choisi revient à honorer son esprit, sa vie et sa contribution. ’Il’ est un pronom invisible pour moi. Il nie qui je suis ». expliquait-elle au magazine Flavorwire en 2014.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs