Accueil Opinions Cartes blanches

«Il serait logique que les sans-abri jouissent du tarif social»

Le secteur de l’aide aux sans-abri demande de pouvoir bénéficier urgemment du tarif social sur le gaz et l’électricité. Au cas contraire, prévient-il, une « crise de l’accueil poussée à son paroxysme » pourrait survenir.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

C’est une actualité qui n’a échappé à personne : le prix de l’énergie a augmenté d’une telle manière qu’il en vient à fragiliser financièrement des personnes qui jusque-là n’étaient pas en difficulté. Le gouvernement, conscient de cette situation inédite, a cherché à développer des réponses afin de venir en aide aux ménages belges. Ces aides risquent de ne pas suffire. Nous coordonnons des maisons d’accueil, des maisons de vie communautaire, des abris de nuit, des centres d’hébergement d’urgence, des services de guidance à domicile, des services de Housing First, des équipes de travail de rue et des centres d’accueil de jour pour des personnes qui n’ont plus de « chez-soi ». Cet hiver, nous craignons une explosion des demandes. Ces dernières sont déjà, à l’heure actuelle, nettement supérieures à l’offre que nous pouvons proposer.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par collin liliane, lundi 17 octobre 2022, 11:01

    Ce secteur N'est PAS là pour pallier les manquements de l’Etat. Il est là pour pallier les carences des individus qui y ont recours.

  • Posté par Moritz Montanez, dimanche 16 octobre 2022, 22:13

    Il faut bien comprendre une chose : TOUT LE MONDE est dans le même bateau ! À cet égard, pour une fois ici, les doléances sont dignes. Mais... les caisses sont vides et l'état a déjà tout donné. Comptablement, l'avenir de nos enfants est déjà bien compromis. Bruxelles vient d'annoncer encore un milliard de dette en plus. Qui va payer ? Pas les sans-abris. Et si, à flux aussi tendus grâce à la désinvolture de certains, le secteur des plus précaires en prendra plein dans la gueule (merci on savait) c'est pour éviter à d'autres de tomber là. L'impéritie de notre pays est que tout fonctionne désormais, faute de toute prévoyance, dans l'urgence permanente. Intellectuellement, ça fera un prochain livre intéressant par Raoul Magnette. Humainement, c'est inadmissible.

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs