Accueil Économie Télécoms

Déploiement de la 5G en Belgique: les prévisions d’Ericsson pour la Belgique

L’équipementier suédois Ericsson prévoir une couverture 5G « raisonnable » d’ici quelques années en Belgique.

Temps de lecture: 3 min

Le taux de couverture de la population en 5G devrait être « raisonnable » en Belgique d’ici quelques années, a prédit mardi Ericsson, en marge de la présentation d’une étude mondiale sur l’impact de cette technologie sur les consommateurs. La filiale belge de l’équipementier suédois en infrastructures télécoms constate en effet une forte poussée pour l’innovation de la part des entreprises à travers le pays, avec de véritables écosystèmes B2B qui se mettent en place.

Les trois principaux opérateurs belges (Proximus, Orange et Telenet) ont tous opté pour Ericsson et le Finlandais Nokia pour déployer la 5G sur leurs réseaux respectifs, au détriment des équipementiers chinois Huawei et ZTE. Ils sont pleinement occupés à installer leurs infrastructures, explique Fabrice Sancho, directeur général d’Ericsson pour la Belgique et le Luxembourg. Elles sont ensuite progressivement activées en Flandre, où la 5G est déjà disponible en de nombreux endroits, surtout les grandes villes, et le seront à Bruxelles et en Wallonie lorsque les normes d’émission des rayonnements auront été adaptées d’un point de vue législatif, probablement début 2023.

« Le déploiement physique a lieu à un bon rythme », assure le responsable français, selon qui il est question d’environ 4.000 antennes par opérateur. S’y ajoutent le remplacement d’infrastructures chinoises déjà existantes par des solutions européennes et la volonté des opérateurs d’éteindre progressivement les réseaux 2G et/ou 3G.

Si les normes d’émissions sont trop faibles (« en dessous de toutes les normes dans le monde », fait d’ailleurs remarquer Fabrice Sancho), le nombre de sites avec antennes sera toutefois accru, prévient-on chez Ericsson. Le focus actuel des opérateurs est mis cependant sur la modernisation des infrastructures et non encore sur leur densification.

Le directeur de la filiale belge constate par ailleurs une forte poussée pour l’innovation de la part des entreprises avec un écosystème B2B autour de la 5G qui se met en place. Le démarrage en la matière sera « extrêmement rapide », prédit-il.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard, selon lui, si le groupe liégeois Network Research Belgium (NRB), l’un des principaux fournisseurs de services informatiques en Belgique, et la société Citymesh, une filiale du groupe IT Cegeka, ont décroché des licences pour la 5G il y a quelques mois. « Cela stimule le département B2B des opérateurs traditionnels », relève Fabrice Sancho.

La Belgique a les moyens de monter assez vite un écosystème pour les entreprises autour de la 5G, estime-t-il dès lors, se voulant optimiste alors que le pays est pourtant à la traîne en Europe quant à l’adoption de cette technologie. Il faut dire que, selon Ericsson, le taux de couverture de la population en 5G est de 50 % au Luxembourg et de 40 % en France, pour une moyenne pour l’Europe et le Royaume-Uni de 25 %. Des chiffres toutefois très éloignés de ceux de la Corée du Sud (93 %), Taïwan (90 %), l’Australie (75 %), des Etats-Unis (71 %) ou de la Chine (60 %).

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Dagnelie Raphaël, mardi 18 octobre 2022, 17:22

    A condition que les Ecolos ne mettent pas des bâtons dans les roues

Aussi en Télécoms

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière