Accueil Économie

Sur les marchés: «Loin d’un Lehman Brothers» pour Bruno Colmant

Les marchés financiers sont en chute libre aux quatre coins du monde suite au Brexit. Premier débriefing avec Bruno Colmant (Degroof Petercam).

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Le Brexit sème la panique sur les marchés financiers, où l’on parle déjà de vendredi noir. La livre britannique a perdu plus de 10 %, chutant à un niveau jamais vu depuis 1985. La Bourse de Tokyo plonge, elle, de 8 %. Quant aux indices européens, ils abandonnent de 8 à 10 % à l’ouverture des marchés, ce vendredi matin (- 8,6 % pour le BEL 20). Les banques semblent souffrir plus particulièrement, avec des décotes de 16 et 14 % pour ING et KBC, par exemple.

À l’inverse, le Bund allemand (obligations à 10 ans) est très demandé (malgré un rendement de plus en plus négatif). L’or, autre valeur refuge, a également bondi de 8 %. Bruno Colmant (Degroof Petercam), débriefe -à chaud- ces premières tendances boursières.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par MERNIER ANDRE, vendredi 24 juin 2016, 14:21

    Il semblerait que ceux qui sont aux commandes de ces détestables marchés(avec leurs algorithmes à la place de cerveau) perdent surtout leurs mises dans les paris qu'ils avaient fait sur le maintien du RU dans l'UE. Pauvres crétins aux manoeuvres de ce système de paris sur la vie des gens!

Aussi en Économie

Peut-on prolonger (davantage) le nucléaire en Belgique? Notre grand fact-checking

Les réacteurs belges sont confrontés à divers pépins (défauts d’hydrogène, résistance insuffisante à un séisme ou un crash d’avion) qui rendent boiteuse l’hypothèse d’une prolongation générale. Techniquement, la seule option qui tient la route si l’on décide de garder le nucléaire plus longtemps, c’est de prolonger de 20 ans et non de 10, Doel 4 et Tihange 3.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs