Accueil Monde Europe

Démission de Liz Truss au Royaume-Uni: comment les Tories en sont arrivés là

Après un mois de chaos politique et économique, la Première ministre britannique a annoncé sa démission jeudi. Liz Truss a fait les frais de sa politique aventureuse, mais aussi des divisions qui rongent le parti depuis plusieurs années.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

C’est dans une déclaration très courte que Liz Truss a annoncé, ce jeudi, sa démission en tant que chef du Parti conservateur. « J’ai pris mes fonctions à un moment de grande instabilité économique et internationale, a-t-elle déclaré. (…) Nous avons défini une vision pour une économie à faible taux d’imposition et à forte croissance – qui tirerait parti des libertés du Brexit (…). Je reconnais cependant que, compte tenu de la situation, je ne peux pas réaliser le mandat pour lequel j’ai été élue par le Parti conservateur. »

Liz Truss aura pourtant tenté de sauver sa peau en s’excusant de ses erreurs et en réorientant l’action de son gouvernement vers le centre, après avoir tenté un virage libéral, qui était allé « trop vite et trop loin », selon ses termes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Dechamps Pascal, vendredi 21 octobre 2022, 23:08

    Fameux Kapla en 45 jours...

  • Posté par Jeanine Delhait, vendredi 21 octobre 2022, 10:23

    à la fin c'est les Britanniques qui vont payer le prix de ce cirque pas très amusant et par ricochet les européens qui commercent avec elle. Comment un pays comme la GB peut tomber si bas ?

  • Posté par Languillier Bernard, vendredi 21 octobre 2022, 5:20

    Lorsque meme les marchers financiers eliminent une dirigeante en raison de l'irrealisme de sa politique ultra-liberale, on peut quand se demander pour qui elle travaille... en tout cas pas pour le peuple Brittanique.

  • Posté par Martin Roland, jeudi 20 octobre 2022, 20:25

    Par contre la vision aventureuse du tsarévitch se soldera soit pas un suicide ( hitler) ou par une révolution comme en 1917. Entre 2 maux , finalement ...

  • Posté par Piette David, jeudi 20 octobre 2022, 19:45

    Nous avons défini une vision pour une économie à faible taux d’imposition et à forte croissance – Résultat : bye bye Liz Truss. Il aura fallu moins de temps aux Anglais pour se débarrasser de cette arriérée des salons bourgeois du XIXème qu'aux francophones de Belgique pour pousser le Liz Truss wallon GLB aux oubliettes de l'histoire. Les Tories ont, contrairement au MR, des restes vigoureux.

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs