Accueil Société

Chaos migratoire: 200 demandeurs d’asile occupent un bâtiment destiné aux Ukrainiens

Il s’agit majoritairement d’Afghans et de quelques Burundais qui dorment dans la rue depuis plusieurs semaines ou plusieurs mois, alors que l’Etat belge a été condamné à leur fournir une solution d’hébergement. Le propriétaire du lieu souhaite les expulser, la Région bruxelloise prend acte.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Le regard perdu vers de gros sacs de matériaux et autres déchets de chantier, une poignée de demandeurs de protection internationale tuent le temps en silence. Leur calme contraste avec l’agitation de bénévoles, principalement des travailleurs d’associations humanitaires. « On parle de plus en plus d’une expulsion », s’inquiète l’un d’entre eux. « Le propriétaire n’est pas d’accord avec l’occupation, il va saisir les tribunaux. »

Depuis vendredi soir, environ 200 hommes, majoritairement des Afghans ainsi qu’une vingtaine de Burundais, tous laissés à la rue, faute de place dans les centres d’accueil de Fedasil, dorment rue des Palais à Schaerbeek. Ironie de l’histoire ? Le bâtiment occupé devait se transformer en hébergement pour 300 familles ukrainiennes, à partir de la semaine prochaine. Les travaux avaient toutefois pris du retard.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par Moriaux Raymond, mardi 25 octobre 2022, 7:55

    "La Belgique ne peut accueillir toute la misère du monde". Voilà, tout est dit, retournons à nos projets de week-end (ou de voyages au soleil malgré une épouvantable crise énergétique qui lamine le budget des ménages ...). Dommage que cette vérité ne règle rien. Rien du tout. Maintenant que nous tenons le ou les diagnostic(s), quel(s) traitement(s) proposons-nous ? Je parle évidemment de traitements connus et disponibles ici et maintenant. Pas la peine de venir avec des exigences de régulation des naissances en Afghanistan ou de résolution spontanée des conflits un peu partout en Afrique, en Asie ou ailleurs. Enfin, sauf si nous nous sentons en mesure de les imposer d'une manière ou d'une autre... Allons, faisons donc "pisser nos neurones" comme disait un de mes profs.

  • Posté par collin liliane, mardi 25 octobre 2022, 23:24

    @Moriaux Raymond Un traitement a été proposé par Bart De Wever: une révision complète de la Convention de Genève, complètement dépassée à l'heure actuelle puisqu'elle ne pouvait prévoir des déplacements de population de cette ampleur.

  • Posté par Moriaux Raymond, mardi 25 octobre 2022, 18:56

    Toujours aucun traitement proposé... Pas simple, hein ?

  • Posté par collin liliane, mardi 25 octobre 2022, 13:53

    @ Smyers Jean-pierre Mais oui, continuons à nous laisser envahir sans moufter et mieux encore: entamons l'hymne à la beauté de l'enrichissement multiculturel. Et dans 20 ans, nous serons en guerre civile ... sauf bien sûr si nous acceptons de nous soumettre à toutes les exigences des nouveaux-venus comme à déjà commencé à le faire la gauche en général, et Ecolo en particulier.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 25 octobre 2022, 11:59

    Merci M. Moriaux. Laissons en effet "pisser nos neurones", et en même temps, laissons pisser le mérinos.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs