Accueil Économie Finances

Pour le ministre de l’Emploi, les marges des entreprises pourraient mener à une augmentation des salaires

Temps de lecture: 2 min

Le ministre fédéral de l’Économie et de l’Emploi, Pierre-Yves Dermagne, voit dans les niveaux historiquement élevés des marges des entreprises un argument en faveur d’une augmentation des salaires, a-t-il indiqué sur Twitter.

Selon une étude publiée lundi par la Banque nationale de Belgique (BNB), le taux de marge des entreprises non financières - principalement de l’industrie, en ce compris les sociétés du secteur de l’énergie - a atteint un niveau record au deuxième trimestre. Ce taux, qui est un indicateur de rentabilité, s’est élevé à 45,2%, soit le chiffre le plus haut depuis que la BNB a commencé à en tenir compte en 1995.

«Difficile de continuer à dire qu’avec de tels profits historiques, il n’y aurait pas de marge pour une augmentation des salaires des travailleurs», a réagi dans un tweet le Vice-Premier ministre socialiste.

Les chiffres de la BNB ont été publiés alors que le Conseil central de l’Économie doit très prochainement sortir son rapport sur la marge salariale, censé chiffrer la marge possible d’augmentation des salaires en Belgique au cours des prochaines années.

À lire aussi Quel est le salaire médian des Belges? (infographies)

Des chiffres positifs

Ces derniers mois, le monde patronal s’est alarmé d’une hausse très importante des coûts salariaux, en raison de l’indexation automatique des salaires et, surtout, d’un niveau d’inflation qui n’avait plus été vu en Belgique depuis 40 ans. La CSC voit également, dans ces chiffres, la preuve que certains secteurs - tels que les banques et les entreprises énergétiques - se portent bien et qu’il est donc possible d’augmenter les salaires dans ce cadre-là, a relevé pour sa part Marie-Hélène Ska.

«Il faut de la solidarité entre les entreprises», selon la secrétaire générale du syndicat chrétien. «Les banques et les compagnies d’énergie n’ont pas besoin d’une réduction des cotisations ONSS, contrairement aux boulangers et aux bouchers à la peine», a-t-elle ponctué.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par dekoker philippe, lundi 24 octobre 2022, 20:57

    Encore un socialiste..toujours les premiers à vouloir dépenser l'argent des autres..quel bande de parasites

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 25 octobre 2022, 13:27

    "l'argent des autres", M. Dekoker? Quels autres?

  • Posté par Chalet Alain, lundi 24 octobre 2022, 20:21

    Pour une entreprise, rémunérer ses actionnaires est tout aussi normal et INDISPENSABLE à sa survie que rémunérer ses salariés. Dans les deux cas, le montant de cette rémunération est principalement fixé par... le marché et pas par monsieur Dermagne.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 25 octobre 2022, 13:25

    Votre horloge ne se serait-elle pas arrêtée à la crise boursière de 2008?

  • Posté par Moritz Montanez, lundi 24 octobre 2022, 22:27

    Et en effet il est grand temps que M. Dermagne comprenne que les sociétés se financent par la bourse et les augmentations de capital car c'est bien moins coûteux que chez les banquiers. Au passage, le différentiel permet de rémunérer les talents pour croître. Mais l'horloge de Dermagne s'est arrêtée aux luttes sociales des années '60.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Finances

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière