«Une bonne note pour les arbitres, une mauvaise pour le super ralenti!»

«
L’Italien Nicola Rizzoli confirme qu’il est bien le meilleur
!
»
« L’Italien Nicola Rizzoli confirme qu’il est bien le meilleur ! » - AFP

Stéphane, quelle est votre appréciation générale ?

L’arbitrage est vraiment d’un très haut niveau. Et surtout, on remarque une coordination en gros progrès entre l’arbitre central et ses assistants, qui prennent plus leurs responsabilités qu’autrefois. Par exemple, sur le penalty accordé aux Tchèques contre la Croatie, où seul l’arbitre de surface avait vu la faute de main. Maintenant, il y a bien sûr des erreurs, c’est inévitable. Mais elles ne sont pas très nombreuses.

Deux cartes rouges, chaque fois pour deux jaunes, c’est très peu, en 36 matches…

Oui, mais on a vu peu de mauvais gestes, même si les Italiens, contre la Belgique, ont fait preuve de beaucoup de « professionnalisme ». Pour moi, deux cartes rouges ont été oubliées : une pour Witsel sur le coup de coude donné à un Suédois, et une pour l’Irlandais qui a commis deux interventions très dures sur Carrasco. Là, c’était normalement orange foncé puis rouge vif ! C’est encore bien pire que Witsel, dont je continue à me demander comment il a pu prendre un tel risque.

Plus, peut-être, une carte rouge pour le Suédois qui fait une semelle sur Hazard ?

Je sais que cela fait beaucoup parler mais je ne suis pas d’accord. Le super-ralenti est une technique qui donne des images magnifiques. On voit même les mâchoires se déformer sous l’effort ! Mais, en même temps, ça fausse complètement la perception. Je maintiens qu’à vitesse réelle, il est impossible de sortir le carton rouge pour cela. Je donne donc, globalement, une bonne note aux arbitres, mais une mauvaise au super ralenti !

Le meilleur arbitre, jusqu’ici, et donc le favori pour la finale ?

J’avais dit avant le tournoi que, pour moi, l’Italien Nicola Rizzoli était au-dessus du lot et je le confirme. Il a notamment dirigé de main de maître un Angleterre-Russie joué à Marseille dans un contexte très délicat. Pour lui, il est à espérer que… l’Italie soit éliminée par l’Espagne, ce qui le mènerait sans doute sur une voie royale vers la finale, après avoir arbitré celle de la Ligue des champions en 2013 et celle de la Coupe du Monde en 2014. Derrière lui, j’ai beaucoup apprécié l’Anglais Martin Atkinson, et l’Allemand Felix Brych, même s’il n’a pas été parfait lors de Belgique-Suède. En revanche, le Turc Cüneyt Çakir m’a déçu à l’occasion de Belgique-Irlande,

Six arbitres ont déjà été renvoyés chez eux, comme prévu…

Ça ne m’étonne vraiment pas pour le Norvégien, totalement incohérent à Galles-Slovaquie. Je suis plus surpris pour Clément Turpin, qui fait partie d’un grand pays, organisateur de surcroît, et ne m’a pas déçu. Certains lui reprochent la deuxième carte jaune sévère de Dragovic mais cela semble léger pour justifier son renvoi…

La goal line technology n’a pas encore réellement servi…

Non, mais c’est une avancée considérable. Ça finira bien par être très utile, comme si souvent en Premier League…

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous