Accueil Monde Union européenne

Vincent de Coorebyter: «En politique, il ne suffit pas toujours d’avoir raison»

Pour le titulaire de la chaire de Philosophie sociale et politique contemporaine à l’ULB, le résultat du Brexit est une surprise, car on était plutôt habitués à ce que les référendums favorisent le conservatisme.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

Pour Vincent de Coorebyter, titulaire de la chaire de Philosophie sociale et politique contemporaine à l’ULB, le résultat du référendum est une surprise, car on était plutôt habitués à ce que les référendums favorisent le conservatisme. « Malgré de fortes poussées populaires, on se souvient de l’échec de l’indépendance de l’Ecosse, comme, à l’époque, on avait vu des échecs répétés pour l’indépendance du Québec, explique-t-il. On peut considérer qu’en 2005, les deux référendums contre le projet de traité constitutionnel européen étaient aussi des votes conservateurs : on ne voulait pas, en France et aux Pays-Bas, franchir une étape supplémentaire. On aurait donc pu imaginer qu’ici, en définitive, la peur de l’inconnue joue en faveur du maintien au sein de l’Union européenne. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs