Accueil Société

Changement d’heure ce dimanche: on dormira une heure de plus

Le passage à l’heure d’hiver se déroulera dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 octobre, puisqu’il a traditionnellement lieu à chaque dernier week-end d’octobre.

Temps de lecture: 2 min

A trois heures du matin, les aiguilles reculeront d’une heure pour indiquer deux heures, ce qui engendrera un gain d’une heure de sommeil. Conséquence de ce changement, le soleil se couchera plus tôt le soir.

L’alternance heure d’été/heure d’hiver est d’application en Belgique depuis 1977. A l’époque, ces adaptations horaires avaient été décidées pour réaliser des économies d’énergie, puisque les gens profitaient plus longtemps de la lumière du jour. Depuis lors, ces changements d’heures sont assez décriés, les détracteurs les accusant notamment de perturber les rythmes biologiques.

AFP_32LU6WC-1.retina.jpg

Un risque pour les piétons et cyclistes

Le nombre de piétons grièvement blessés et tués dans un accident de la route connaît une hausse de 76 % durant l’heure de pointe du soir, peu après le passage à l’heure d’hiver, ressort-il lundi d’une nouvelle étude réalisée par l’Institut Vias.

Si nous gagnons une heure de sommeil lors du changement d’heure, nous perdons par contre dès dimanche prochain une heure de clarté en soirée, ce qui se traduit par un risque accru pour les piétons mais également les cyclistes, signale Vias.

D’après l’institut, durant la période d’octobre à novembre, le nombre d’accidents corporels impliquant des piétons augmente de 35 % pendant l’heure de pointe du soir. Le nombre de blessés graves et de tués parmi les piétons croît même de 76 % (+108 % à Bruxelles). Non seulement il y a plus d’accidents mais ils sont aussi 31 % plus graves, déplore Vias.

Les adeptes de la petite reine ne sont pas épargnés. L’institut Vias recense quatre fois plus d’accidents impliquant un cycliste à l’aube et au crépuscule en octobre qu’en juin par exemple, « alors qu’il y a probablement beaucoup plus de cyclistes sur les routes au printemps qu’en automne », relève-t-il.

« Il est probable que les vitesses d’impact au moment des accidents soient plus élevées après le changement d’heure en raison des conditions de visibilité moindres. Certains conducteurs ne voient pas le piéton et freinent beaucoup trop tard ou ne freinent pas du tout. Le fait que des trajets effectués en temps normal à la lumière du jour lors de l’heure de pointe du soir doivent être parcourus dans l’obscurité totale après le changement d’heure joue indéniablement un rôle », fait remarquer Vias, qui appelle dès lors tant les piétons que les automobilistes à redoubler de vigilance en cette période où l’obscurité est plus importante.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko