Accueil Société Régions Wallonie

Les jeunes ménages continuent à fuir les grandes villes wallonnes

Liège est la cité la plus touchée par le phénomène, révèle une étude de l’Iweps. Mais ce solde migratoire interne négatif ne signifie pas nécessairement une perte de population pour ces villes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

L’étalement urbain, c’est fini. Du moins c’est ce que les ministres promettent. Dans les faits, il y a encore beaucoup de boulot comme le dévoile l’Iweps (Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique) à partir des chiffres de Statbel. En effet, au 1er janvier 2022, les grandes villes wallonnes continuent de perdre de l’attrait et parfois même de la population au profit des communes alentour. « Liège, Namur, Mons et Charleroi continuent à subir un processus de périurbanisation, la population quittant la ville pour gagner des communes rurales toujours plus loin », analyse l’Iweps, qui pointe donc les quatre plus grandes villes wallonnes parmi les 59 communes (sur 262) ayant un solde migratoire interne négatif entre 2017 et 2022. Le solde migratoire interne constitue la différence entre les déménagements entrants et sortants de la commune (à partir ou vers une autre commune belge). Quand il est négatif, cela signifie donc qu’il y a plus de sorties que d’entrée.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, lundi 31 octobre 2022, 17:48

    C 'est dans les villes que la peste rouge et pastèque se fait le plus sentir. Ceux qui ont un peu d'instruction et d'ambition les fuient donc inévitablement.

  • Posté par meyer jean, lundi 31 octobre 2022, 8:38

    Le bourgmestre de Liege voit les problèmes d'insécurité et des inciviques, sales, drogués, chauffards en scooter et en voiture, voleurs chez les Nnn-Liégeois. Il se voile la face et veut dédouaner le peu d'efficacité globale de sa politique ...et sa police et ceux qui habite Liège.

  • Posté par Jeanine Delhait, lundi 31 octobre 2022, 7:00

    Le constat étant fait, quelles solutions proposent nos très chers politiciens ?

  • Posté par collin liliane, dimanche 30 octobre 2022, 23:04

    Interview très politiquement correcte, allant même jusqu'à la drôlerie involontaire: les gens fuiraient les villes à cause de l'insécurité ... due aux inondations :-)

  • Posté par Lefèvre Philippe, dimanche 30 octobre 2022, 20:10

    Les politiques (et notre journal) font l'autruche. L'insécurité est le principal problème de 2 villes que je connais le mieux, Namur et Charleroi. Tant que nos politiques le nieront, tous ceux qui en ont les moyens fuiront nos villes. Ceux qui restent, sont ceux qui financièrement ne peuvent pas partir.

Plus de commentaires

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs