Accueil Société

325 chauffeurs de la Stib défendent le droit au retrait au tribunal

En mai 2020, à la sortie progressive du confinement, 1.300 employés de la Stib avaient refusé de reprendre le travail, estimant que leur sécurité n’était pas garantie. Sanctionnés, 325 d’entre eux défendent leur droit au retrait devant le tribunal du travail de Bruxelles, ce lundi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

C’était le 11 mai 2020. Presque une autre époque. La Belgique émergeait à peine d’un premier confinement long de deux mois. Et une semaine durant, 1.300 travailleurs de la Stib avaient revendiqué leur droit au retrait, c’est-à-dire le refus de prendre son poste quand la sécurité au travail n’est pas garantie. Sanctionnés d’un retrait sur salaire et d’absences injustifiées au travail, ils sont 325 à avoir porté le dossier devant le tribunal du travail de Bruxelles, pour autant de demandes individuelles regroupées dans le même dossier. Ce lundi, la 4e chambre entendra les plaidoiries de leur avocate et de celui de la société de transports en commun bruxelloise.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Vanloo , lundi 31 octobre 2022, 13:11

    Certains se croient toujours à l'époque de Brejnev et dans une république socialiste soviétique. Quand aux remarques de Mr Tuculo, il oublie que ces personnes travaillant à la STIB ont choisis librement leur profession avec TOUT ce que cela implique.

  • Posté par Lilien Raymond, lundi 31 octobre 2022, 9:02

    Pour ces (ex-)travailleurs qui ne voulaient pas travailler, leur employeur ne peut donc prendre aucune mesure sans une concertation préalable avec les syndicats, suivie d'une consultation des travailleurs eux-mêmes ? Dans quel monde collectiviste d'extrême-gauche vivons-nous ???

  • Posté par Warum Tùculo, lundi 31 octobre 2022, 12:16

    Lien Raymond, avez vous déjà été au volant d'un bus ? Je suppose que vous ne faites rien de vos journées et avez donc la critique facile. Allez donc vous chercher un travail et laissez les travailleurs en paix !

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs