Accueil Culture Cinéma

Lukas Dhont pour «Close»: «Mes films sont une invitation à une conversation»

Couvert de récompenses internationales dont la plus prestigieuse est le Grand Prix au Festival de Cannes, « Close » raconte le deuil d’une amitié d’enfance avec une délicatesse infinie et représente la Belgique dans la course aux Oscars.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

En mai dernier, Lukas Dhont, déjà Caméra d’or pour Girl en 2018, avait bouleversé la Croisette avec l’histoire d’amitié brisée entre deux jeunes adolescents. Depuis, Close cumule les prix. D’une sensibilité rare, le jeune cinéaste belge parle avec délicatesse et poésie d’une intimité d’enfance rompue et de la douleur de cette perte. Et ce qui est enthousiasmant, c’est qu’il n’a que 31 ans et est au début de sa carrière.

Selon les pays où le film est montré, des choses vous étonnent dans la réaction des gens ? Ou est-ce universel ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Moritz Montanez, mercredi 2 novembre 2022, 13:09

    Magnifique article reflétant, avec pudeur et justesse, le discours très mûr de M. Dhont. Merci pour ces belles lignes.

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs