Accueil Énergie

Fuites sur les gazoducs Nord Stream: un tronçon de 250 mètres a été détruit

Fin septembre, des explosions avaient provoqué quatre fuites importantes sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2. L’origine de ces explosions reste un mystère.

Temps de lecture: 2 min

Un tronçon sous-marin d’une longueur de près de 250 mètres du gazoduc Nord Stream 1 est « détruit », selon les premiers éléments des inspections menées par la société d’exploitation du gazoduc, après les explosions survenues fin septembre.

« Des cratères (…) ont été découverts dans le fond marin, à une distance d’environ 248 mètres les uns des autres », a déclaré dans un communiqué mercredi la société Nord Stream, détenue en majorité par le groupe russe Gazprom. « La section de la conduite entre les cratères », dont la profondeur atteint entre « 3 à 5 mètres » est « détruite », a-t-elle ajouté.

Le 26 septembre, quatre vastes fuites avaient été détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 au large de l’île danoise de Bornholm, deux dans la zone économique suédoise et deux dans celle du Danemark.

L’hypothèse du sabotage est privilégiée par le parquet suédois, qui a ouvert une enquête quelques jours après l’incident. Les autorités judiciaires allemandes et danoises participent également aux investigations. Le consortium Nord Stream, qui gère l’exploitation de Nord Stream 1, mène de son côté ses propres investigations, qui « vont se poursuivent », a-t-il indiqué mercredi.

Depuis le conflit en Ukraine, les deux pipelines, qui relient la Russie à l’Allemagne ont été au cœur de tensions géopolitiques, attisées après la décision de Moscou de couper les livraisons de gaz à l’Europe en représailles présumées contre les sanctions occidentales.

À lire aussi Les Russes ont-ils sabordé leurs propres gazoducs?

L’origine des explosions reste toutefois un mystère, Moscou et Washington niant toute responsabilité. L’Ukraine affirme que ces fuites étaient le résultat d’une « attaque terroriste planifiée » par la Russie contre les pays européens. La Russie a de son côté accusé Londres, estimant lundi que ce sabotage avait été « dirigé et coordonné » depuis le Royaume-Uni, ce que le gouvernement britannique dément fermement.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Maesen Jean-Luc, jeudi 3 novembre 2022, 10:43

    Bah, si ce n'est donc pas la Russie de Poutine (hypothèse assez "vraisemblable" tout de même : [https://www.youtube.com/watch?v=hk-0qJXyido&t=2s]), ni les Etats-Unis, ni le Royaume-Uni, ni les <forces martiennes> infiltrées parmi nous, ne serait-ce pas là une "manoeuvre" des khmers verts les plus intégristes pour pousser à l'arrêt total de la consommation globale de gaz ? Notre "militante climatique la plus absolue" <Greta Tintin Eleonora Ernman Thunberg> n'est-elle pas suédoise, comme son cercle de support le plus proche ? Ces "personnes" ne sont-elles pas géographiquement très proches des "lieux du méfait" ?Quitte à délirer complètement sur l'identité des "responsables" de la mise hors service de ces "tubes", autant "y aller" à fond les manettes, n'est-ce pas...

  • Posté par Blomme Francis , mercredi 2 novembre 2022, 23:13

    Les zelenkystes de Proximus affirment encore et toujours que la Russie détruit son propre matériel . Mais quand Le Soir va-t-il une fois pour toute mettre de l'ordre dans leur foutoir ????

  • Posté par Maesen Jean-Luc, jeudi 3 novembre 2022, 10:30

    "une fois pour toute mettre de l'ordre dans leur foutoir"... Vous voulez parler de la "smala trollesque poutinienne" qui répand son lisier de désinformations et de manipulations diverses et variées, en utilisant des "pseudos" à géométrie variable et au <taux de mutation> quasiment inégalable, dans le genre du vôtre, M. <Blomme> ? Un jour, il faudra en ressortir un historique (même partiel), pour en mesurer toute l'ampleur malfaisante...

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, jeudi 3 novembre 2022, 1:26

    Mettre de l’ordre en interdisant l’apologie de la dictature russe serait un bon début. Pouvez retourner dans votre fauteuil.

  • Posté par Lefèvre Philippe, mercredi 2 novembre 2022, 21:31

    Après les affirmations selon lesquelles La Russie aurait bombardé la centrale de Zaporijja qu'elle contrôlait avec 500 hommes et des stocks d'armes, maintenant on nous affirme que la Russie détruirait ses propres gazoducs ! Comment peut-on encore croire aux autres infos après de telles manipulations ?

Plus de commentaires

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une