Accueil Monde États-Unis

Elections de mi-mandats: Biden avertit contre un risque de «chaos en Amérique»

De nombreux candidats ont annoncé qu’ils étaient prêts à ne pas reconnaître les résultats du vote des élections de mi-mandat. Joe Biden a réagi, affirmant que c’était « illégal ».

Temps de lecture: 3 min

C’est inédit, illégal, et anti-américain » : à six jours des élections de mi-mandat, le président américain Joe Biden a mis en garde mercredi les candidats prêts à refuser les résultats du vote, assurant que cela « ouvre la voie au chaos ».

« Nous ne pouvons plus tenir la démocratie pour acquise », a averti le dirigeant démocrate, le ton grave.

Le président Biden s’exprimait à quelques encablures du Capitole, siège du Congrès américain que les partisans de Donald Trump, convaincus de sa victoire à l’élection de 2020, avaient attaqué dans un chaos sans nom, le 6 janvier 2021.

« J’aimerais pouvoir dire que l’assaut contre notre démocratie a pris fin ce jour-là. Mais je ne peux pas », a déclaré Joe Biden, énumérant le nombre de candidats prêts à refuser les résultats du vote aux élections du 8 novembre, le premier scrutin organisé dans l’ensemble du pays depuis cette attaque.

« Il y a des candidats qui se présentent à tous les échelons de l’administration américaine (…) qui refusent de s’engager à accepter les résultats des élections auxquelles ils sont candidats », a alerté le locataire de la Maison Blanche.

L’ancien président Donald Trump, qui n’a jamais reconnu sa défaite à la présidentielle de 2020, semble aussi se préparer à contester le résultat des « midterms », s’ils venaient à être défavorables aux républicains. « Cela ouvre la voie au chaos en Amérique », a martelé Joe Biden, appelant également le pays à s’opposer à la « violence politique et l’intimidation des électeurs ».

À lire aussi Pétrole: un camouflet dramatique pour Joe Biden

Les personnes propageant ces théories sont « déterminées, et parviennent à se faire entendre », a prévenu le président, qui tente tant bien que mal d’axer le débat autour de la protection de la démocratie, quand les républicains l’attaquent sur son bilan économique.

Accusant le président démocrate d’une gestion « cruelle » de l’inflation, les républicains se montrent de plus en plus confiants dans leurs chances de le priver de ses majorités au Congrès. Selon les enquêtes d’opinion les plus récentes, l’opposition républicaine a de très grandes chances de s’emparer de la Chambre. Le sort du Sénat reste plus incertain.

Joe Biden s’efforce d’inverser la vapeur. Les Américains « souffrent toujours » de l’inflation, a-t-il reconnu mercredi dans une allocution à la Maison Blanche consacrée aux emplois dans l’industrie, après avoir assisté à des démonstrations de maçonnerie et de soudure.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 3 novembre 2022, 14:01

    La gauche, les syndicats et les "progressistes" en tous genres, ont pris depuis longtemps l'habitude de contester dans la rue les décisions démocratiques qui ne leur plaisent pas. Souvent de façon inadmissible, car avec violence ou avec des actions de blocage ou de séquestration. Pourquoi la droite ne ferait-elle pas la même chose? Même s'il faut bien évidemment condamner très fermement tout cela... mais pas seulement d'un côté.

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 4 novembre 2022, 13:41

    Ces contre-pouvoirs sont parfaitement légitimes. Mais c'est la façon souvent violente dont ils agissent qui est inacceptable. Et ce que dénonce Biden, c'est le risque que la droite fasse la même chose...

  • Posté par Caver Jean, vendredi 4 novembre 2022, 10:34

    Vous êtes vraiment un sale con Alain Chalet. Et un extrémiste de surcroît. Vous comparez des contre-pouvoirs qui sont la base même d'une société démocratique avec une remise en question de la démocratie elle-même. Je ne sais même pas trop quoi dire de plus tellement vos propos sont d'une imbécilité sans nom.

  • Posté par lambert viviane, jeudi 3 novembre 2022, 12:19

    A l'époque où Biden a été élu, on disait que, vu son âge, il passerait probablement la main à mi-mandat à Kamala Harris. Malheureusement Biden s'accroche. Ah oui, j'oubliais : il y a la guerre en Ukraine! Il faut un Président US viril....

  • Posté par El Cabron Nicolas, jeudi 3 novembre 2022, 9:39

    Il ne devrait pas y avoir de contestation de la part des Républicains dès lors qu'ils vont emporter les élections. Reste à voir si les démocrates vont contester les résultats. J'en doute. Bref, Biden tente de se faire passer pour l'ultime défenseur de la démocratie américaine pour cacher son piètre bilan en politique intérieure ou extérieure.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une