Accueil Belgique

Diab, réfugié syrien: «L’avenir de mes filles est en Belgique»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Diab a cinquante ans, une femme, et trois filles, de 17, 15 et 8 ans. Avant que la guerre n’éclate en Syrie, il était photographe et cameraman. Il travaillait notamment pour la télévision syrienne mais possédait aussi son propre studio indépendant. «  J’avais une vie paisible : une famille, une belle maison, une voiture, mon studio, raconte-t-il avec un beau sourire. Quand la guerre a commencé, je pensais que ça ne durerait pas…  » C’est la destruction de sa maison et de son studio qui l’a réellement décidé à partir : «  J’ai travaillé pendant des années pour construire cette maison. C’est comme si ma vie là-bas s’était arrêtée à ce moment-là. Nous avons d’abord essayé de partir dans des régions où il n’y avait pas la guerre. Puis pour sauver ma peau, j’ai décidé d’émigrer pour recommencer une vie ailleurs.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs