Accueil Monde France

Immigration: le pari très risqué de l’Elysée

S’il vante un projet « équilibré », le gouvernement espère surtout le soutien de la droite. Mais sa loi risque d’être retoquée tout en participant à la surenchère.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

On doit désormais être méchant avec les méchants et gentil avec les gentils ». C’est par cette formule, d’un simplisme assumé dans une interview au Monde, que le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a dévoilé la philosophie d’une future loi sur l’immigration qui sera débattue au Parlement début 2023. L’objectif affiché est l’équilibre. C’est d’ailleurs tout sauf un hasard si le Premier flic de France, formé à la droite sarkozyste, porte le texte en tandem avec le ministre du Travail, Olivier Dussopt, venu des rangs du Parti socialiste.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par D L, vendredi 4 novembre 2022, 15:22

    Ces migrants économiques ne méritent que le retour à la case maison

  • Posté par Klein Alain, vendredi 4 novembre 2022, 9:22

    "(...) Marine Le Pen, qui cédera les RENNES du parti ce week-end (...)"! Et ensuite, avec quoi le FN compte-il tirer son traineau ?

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, vendredi 4 novembre 2022, 9:13

    50 ans trop tard. Les cités, peuplées essentiellement de descendants d’immigrés, sont devenues de véritables foyers de guerre civile.

  • Posté par Jean Luc, jeudi 3 novembre 2022, 20:29

    A ce moment précis, Bilongo parlait d'un bateau rempli de futurs clandestins africains. Manipulation du pseudo-journaliste - pauvre type.

  • Posté par Giefvan Agathe, jeudi 3 novembre 2022, 20:07

    Il faut écouter l'incident, mais probablement il a dit "Qu'ils retournent en Afrique" puisque le débat érait sur les immigrés illégaux. Je ne suis pas fièred eLa France Insoumise de se prêter à ce jeu mesquin.

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs