Accueil Belgique Politique

Grève nationale du 9 novembre: ce qu’on attend comme perturbations

Les syndicats appellent à la grève générale ce mercredi 9 novembre. En cause : la norme salariale de 0 % qui semble bel et bien verrouillée et limite les prochaines négociations salariales. Voici les secteurs qui devraient être impactés pour cette mobilisation sociale.

Temps de lecture: 4 min

Mercredi 9 novembre, une grève nationale devrait paralyser de nombreux secteurs du plat pays. Les syndicats appellent les travailleurs à descendre dans les rues pour protester contre la norme salariale qui devrait être fixée à 0 %, ce qui bride les négociations entre syndicats et patronat pour la conclusion de l’accord interprofessionnel. Voici un tour d’horizon des perturbations attendues.

La SNCB impactée

La CGSP Cheminots appelle ses affiliés à débrayer le mercredi 9 novembre, à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle pour réclamer des mesures en faveur du pouvoir d’achat. La SNCB, qui s’attend à des perturbations dès mardi à 22h00, devrait avoir une vision plus claire du service minimum qui pourra être assuré en début de semaine prochaine.

Les syndicats socialiste et chrétien ont annoncé depuis plusieurs semaines une grève générale pour mercredi prochain. La CGSLB a décidé de ne pas se joindre à ce mot d’ordre.

Les organisations réclament toujours un plafond sur le prix du gaz et de l’électricité, ainsi qu’une adaptation de la norme salariale. La CGSP Cheminots a confirmé mercredi sa mobilisation. Le syndicat socialiste dénonce « la dégradation des conditions de travail », l’absence des « recrutements indispensables au maintien du bien-être du personnel » et réclame « un financement pertinent des missions de service public ». La CSC Transcom n’a pas déposé de préavis, mais ses affiliés seront couverts. Le SLFP Cheminots a lui confirmé sa participation à la grève.

À lire aussi Facture d’énergie: comment bénéficier des aides du gouvernement fédéral

De fortes perturbations sur la Stib

Le réseau de la Stib sera fortement perturbé le 9 novembre en raison de la grève nationale, prévient vendredi la société de transports bruxellois. Elle tiendra ses voyageurs informés en temps réel des perturbations via ses différents canaux, mais leur conseille d’ores et déjà de prévoir des solutions alternatives aux transports publics pour se déplacer à Bruxelles ce jour-là.

Une partie du personnel de la Stib répondra à l’appel du front commun syndical à la grève générale le 9 novembre, prévient-elle. De nombreux bus, trams et métros resteront donc à quai. La société n’est pas encore en mesure de déterminer quelles lignes circuleront, ni à quelle fréquence.

Comme lors d’autres actions, la Stib informera les voyageurs en temps réel via son site internet, son application mobile, ses réseaux sociaux ainsi que via les écrans aux arrêts et en station. Le service clientèle de la Stib sera également joignable par téléphone dès 6 heures du matin afin de répondre aux questions des usagers.

Des vols préventivement annulés chez Brussels Airport

Brussels Airport s’attend à de nombreuses perturbations en raison de la journée d’action nationale prévue le mercredi 9 novembre. Environ 40 % des vols ont donc été annulés préventivement pour cette journée, a annoncé jeudi l’aéroport. Des discussions sont en cours avec les partenaires et les compagnies aériennes pour voir si des mesures supplémentaires sont nécessaires pour éviter le chaos.

L’annulation ou la reprogrammation des vols vise à éviter les files d’attente trop longues et les retards le jour-même. Les passagers concernés seront contactés personnellement par leur compagnie aérienne. Le nombre de passagers affectés n’est pas encore connu.

Les voyageurs dont les vols sont maintenus sont priés de n’emporter que des bagages à main. Les personnes se rendant et revenant de l’aéroport devront également tenir compte des éventuelles perturbations dans les transports publics.

À lire aussi Une grève nationale, le 9 novembre

Des supermarchés bloqués

Les commerces seront également impactés par la grève du 9 novembre, ont annoncé la Setca et la CNE. « Les Carrefour, Delhaize et Lidl devraient être globalement inaccessibles », prévient Myriam Djegham, secrétaire nationale de la CNE Commerce, dans les pages de Sudinfo.

« Et il y aura des blocages aussi devant les grands centres commerciaux comme les Grands Prés (à Mons), la Médiacité (à Liège), le Rive Gauche (à Charleroi)… Pour les autres magasins, cela dépendra des zones géographiques », a-t-elle précisé, appelant les consommateurs à faire leurs courses mardi ou jeudi.

À lire aussi Consommation: pourquoi l’inflation devrait enfin baisser

« Notre objectif est de fermer tous les bureaux de police »

Un préavis de grève a également été déposé par la CGSP au sein de la fonction policière pour la journée du 9 novembre. Le syndicat estime que les négociations sont « un échec de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden ». « La ministre nous avait promis une première phase de revalorisation en janvier 2023 », rappelle Eddy Quaino de la CGSP Police. « La CGSP n’avait pas signé l’accord sectoriel car elle ne le jugeait pas crédible, et nous avions raison. Il faudra attendre octobre 2023 pour que les policiers aient droit à une petite augmentation. » Le syndicaliste critique en outre l’accord budgétaire fédéral conclu en octobre, qui selon lui, exclut toute possibilité d’une deuxième phase de revalorisation salariale.

Tous les secteurs de la fonction policière sont concernés par le préavis de grève, y compris les secteurs logistiques et administratifs, précise la CGSP. « Notre objectif est de fermer tous les bureaux de police » précise Eddy Quaino.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Nucléaire: la Vivaldi se réaligne sur les négociations avec Engie

Après le tumulte autour d’une possible majorité alternative visant à relancer toutes les centrales en Belgique, les partenaires Vivaldi – à commencer par le MR – se reconcentrent, au moins provisoirement, sur les négociations avec Engie pour le maintien de deux réacteurs : « L’objectif est de conclure avant le 31 décembre. »

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une