Accueil Culture Livres

Jacques Tardi: «Adèle, je ne l’ai pas maintenue en laisse»

Adèle Blanc-Sec se range de l’aventure. Jacques Tardi signe son dixième et dernier album avec pour interdiction absolue de reprendre le personnage. Parce que les meilleures histoires doivent connaître une fin. Lisez le premier chapitre.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 8 min

Le Bébé des Buttes-Chaumont. Jacques Tardi. Casterman. 64 p., 14,50 €

Héroïne du Paris 1900, Adèle Blanc-Sec a publié ses deux premiers albums en 1976. Entre deux rages de dents, dans son petit appartement de la rue Bezout, sous l’œil de Patmosis, sa momie égyptienne emprisonnée dans une vitrine, l’écrivaine feuilletoniste a tapé à la machine ses aventures extraordinaires avec la Bête et le Démon de la Tour Eiffel. Depuis, en un demi-siècle, Adèle a été victime d’attentats surréalistes, assassinée puis ramenée à la vie par Jacques Tardi, son deus ex machina, avant d’être portée à l’écran par Luc Besson et de se voir clonée par un savant fou, le Docteur Chou.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs