Accueil Planète Climat

Climat: le militant Belge qui avait collé sa main à côté de «La Jeune fille à la Perle» écope de deux mois de prison

David S. comparaissait devant un tribunal de La Haye, ce vendredi.

Temps de lecture: 3 min

Le militant écologiste belge qui avait collé sa main sur le mur où était accroché le tableau «La Jeune fille à la Perle» de Vermeer, à La Haye, a écopé ce vendredi d’une peine de deux mois de prison, dont un avec sursis. Lors de son audience, il avait exprimé des regrets. «Je regrette d’avoir franchi la ligne. Ce n’est pas qui je suis vraiment», a déclaré le seul des trois activistes ayant refusé la procédure judiciaire accélérée.

David S., un habitant de Termonde âgé de 45 ans, avait également jeté un liquide rouge sur un autre activiste, Wouter M., qui s’était collé la tête à la célèbre toile de Johannes Vermeer. Un troisième protagoniste, Pieter G., avait filmé l’action. Pieter G. et Wouter M. ont été jugés selon une procédure accélérée et ont écopé chacun de deux mois de prison, dont un avec sursis. Wouter M. a annoncé qu’il allait interjeter appel, considérant la peine trop sévère.

Vendredi, David S. comparaissait devant un tribunal de La Haye, ayant refusé la procédure accélérée. Le ministère public a requis à son encontre la même peine: deux mois de prison, dont un avec sursis.

À lire aussi Nos musées en alerte face aux actions de militants pour le climat

«Je voulais faire progresser les choses»

«Les actions des suspects (...) n’ont rien à voir avec le droit de manifester», a estimé le ministère public néerlandais. «Le droit à manifester s’arrête là où commence de la violence ouverte dans un musée.» Pour le ministère public néerlandais, l’action des militants écologistes a provoqué de grands troubles concernant la protection du patrimoine culturel. «Nous parlons d’art ancien. Les suspects ont pris un risque énorme.»

David S. s’est, lui, défendu en confiant sa grande inquiétude face à la crise climatique. «J’avais l’intention de placer la crise climatique au centre du débat sociétal (avec cette action). Je voulais faire progresser les choses. J’espère avoir la chance de réparer ce que j’ai fait.»

Le Belge, en détention depuis plus d’une semaine, a également assuré que le trio avait agi avec prudence. «Nous nous sommes assurés de ne pas endommager la peinture. Je me suis assuré que le liquide n’était pas nocif, c’était de l’eau avec un colorant naturel», a-t-il expliqué, qualifiant l’action d’"acte de protestation politique».

Le chef-d’œuvre était protégé par une vitre en verre et n’a donc pas été endommagé, au contraire de son encadrement. L’avocat de David S. a assuré que son client ne commettra plus jamais d’actions de ce genre, et a souligné que l’action était pacifique, menée dans le but de créer un effet de choc.

À lire aussi Marche pour le climat: «Les instances supérieures doivent imposer des mesures fortes»

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, samedi 5 novembre 2022, 17:56

    Deux mois dont un avec sursis ? C'est léger, trop léger !

  • Posté par lambert viviane, samedi 5 novembre 2022, 17:55

    Deux mois dont un avec sursis ? C'est léger, trop léger !

  • Posté par Dupont Vincienne, vendredi 4 novembre 2022, 22:42

    Quelqu'un qui s'attaque à une oeuvre dans un musée, quelle que soit la cause qu'il prétend défendre, n'est pas un "militant" mais un vandale. Utilisez les termes adéquats, Mesdames et Messieurs les journalistes.

  • Posté par Otte Gérard, vendredi 4 novembre 2022, 21:49

    On l'a collé en taule avec le reste du tube de colle.

  • Posté par Moritz Montanez, vendredi 4 novembre 2022, 19:51

    Ces artistes à l'immense talent ont dans leur vie souvent beaucoup plus souffert que nous. Ils ont utilisé leur talent et leur amour pour nous offrir le meilleur d'eux-mêmes. Même symboliquement, détruire leurs œuvres, leur leg donc, c'est nier que l'homme soit capable AUSSI du meilleur et cracher à la figure de ceux qui ont souffert, qui souffrent et qui donnent en se dépassant. Cette action est minable, inepte mais juste à la mesure de sans-dents qui méritent bien plus que deux mois de prison.

Plus de commentaires

Aussi en Climat

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une