Accueil Culture Livres

Joann Sfar: «Quand je vois un dingo habité par la foi politique, je suis inquiet»

Se battre ou débattre ? Face aux antisémites et aux néonazis, Joann Sfar a choisi l’art martial du dialogue. Dans « La Synagogue », il dessine sa foi dans le pessimisme joyeux et non-violent.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 9 min

Quand son médecin lui a dit « Battez-vous ! », Joann Sfar, terrassé par un méchant covid, a saisi son crayon pour dessiner les 200 pages de La Synagogue , le livre de son adolescence niçoise. Plutôt que de tutoyer la mort, le créateur du Chat du rabbin a choisi de raconter les choses de la vie, de dialoguer avec son père disparu, un avocat bagarreur, et le fantôme de Joseph Kessel, l’écrivain juif aventurier, héros de son lycée. La Synagogue

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs