Accueil La Une Économie

Les banques entrevoient une récession en Belgique

Les quatre grandes banques de Belgique prévoient un nouveau ralentissement de l’économie pour le quatrième trimestre de 2022, après avoir déjà subi un coup de frein au trimestre précédent.

Temps de lecture: 2 min

Les quatre grandes banques du pays prévoient une récession en Belgique, rapportent samedi L’Echo et De Tijd qui ont sondé ING Belgique, BNPP Fortis, Belfius et KBC.

Ces banques prévoient que l’activité économique risque fort de ralentir à nouveau au quatrième trimestre après avoir déjà subi un coup de frein au troisième trimestre. Or les économistes parlent d’une récession dès lors que l’économie se contracte deux trimestres d’affilée. C’est un phénomène relativement peu courant, puisque ce serait la troisième récession au cours des vingt dernières années.

Les derniers chiffres laissent entrevoir un ralentissement accéléré de l’économie. La prévision moyenne des quatre banques annonce une contraction de 0,4 % de l’économie au quatrième trimestre après un léger recul de 0,1 % au troisième trimestre.

Concernant l’année prochaine, les avis sont divisés. ING et Belfius anticipent une poursuite de la contraction de l’économie au premier trimestre. BNPP Fortis et KBC prédisent par contre une croissance nulle. Pour l’ensemble de 2023, ING prévoit une très légère contraction de l’activité tandis que les trois autres banques tablent sur une croissance minime.

À lire aussi Crise énergétique: les Belges réduisent fortement leur consommation électrique

L’indexation salariale de 11,5 % que percevront environ un million de salariés au mois de janvier viendra certes soutenir la consommation. Mais elle risque aussi de plonger certaines entreprises dans l’embarras. La hausse des coûts, la récession et la remontée des taux fragiliseront les entreprises, en particulier celles qui affichent un faible bilan.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par ONCKELINX DANIEL, samedi 5 novembre 2022, 19:18

    une récession n'est-ce pas de la décroissance imposée? Ils n'avaient pas prévu la crise covid ni la guerre en Ukraine ils avaient averti qu'une croissance continue comme dans les 30 glorieuses était intenable. Le club de Rome a publié le rapport Meadows quasi personne n'y a cru. Nous commençons à le payer hélas.

  • Posté par Moriaux Raymond, samedi 5 novembre 2022, 10:10

    Ce qui est à peu près certain, c'est que les banquiers, eux, ne risquent pas grand-chose ...

  • Posté par Lietard Rudy, samedi 5 novembre 2022, 8:45

    L'indexation des salaires ne viendra pas soutenir la consommation, elle servira à payer les augmentations des prix du gaz, de l'électricité et du mazout. Et même avec les indexations on sera perdant par rapport à il y a 2,3 ou 4 ans.

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière