Accueil Monde Proche-Orient

Proche-Orient: comment sortir du conflit entre Israël et Palestine?

Alors qu’Israël se dirige vers la coalition la plus à droite de son histoire, le directeur du « Norwegian Refugee Council » estime que « s’il n’est pas mis un terme au siège de Gaza ni à l’occupation qui dure depuis 55 ans, Israël et les Palestiniens sont enfermés dans un cycle de violence et d’insécurité sans fin ».

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Correspondant à Jerusalem

Le directeur du Norwegian Refugee Council, qui a contribué à bâtir les accords d’Oslo, ancien secrétaire général des Nations unies et co-initiateur du canal de communication entre Israéliens et Palestiniens, qui ont abouti aux accords d’Oslo, était de passage à Gaza, Jérusalem et en Cisjordanie occupée ces derniers jours. Ceci, au moment où Israël pourrait être gouverné par la coalition la plus à droite de son histoire.

En un an et demi, il y a eu deux escalades à Gaza. Plus de cent Palestiniens ont été tués par les forces armées israéliennes en Cisjordanie occupée depuis 2022. Comment en est-on arrivé là ? Comment peut-on en sortir ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Jeanine Delhait, lundi 7 novembre 2022, 6:51

    pour y arriver il faut appliquer les sanctions au régime d'apartheid et aussi appliquer les résolutions de l'ONU (en interdisant aux américains, les Français, les Britanniques le droit de veto) et finalement en punissant légalement dans leurs pays d'origine tous ceux qui avec la double nationalité servent dans l'armée israélienne et commettent des crimes de guerre

  • Posté par Naeije Robert, dimanche 6 novembre 2022, 22:50

    L'article omet de rappeler l'essentiel du contenu des accords d'Oslo, qui satisfaisaient plus de 90 % des demandes palestiniennes, et pourquoi Arafat les a fait capoter. Il n'explique pas non plus pourquoi ni les Israéliens ni les Palestiniens ne sont plus demandeurs d'une reprise de négociations de paix. On est dans ce que Raymond Aron appelait une guerre qui ne peut être gagnée.

  • Posté par DENIS JEAN, lundi 7 novembre 2022, 15:06

    A Robert N. 90%??? Il va falloir avancer des arguments : revenait-on aux frontières de 48, à celles de 67? à la "ligne verte"? Était-on en accord avec le droit international? Cette ligne verte qui est effacée systématiquement par Israël!? Non négociable évidemment! Par simple curiosité intellectuelle et désir d'objectivité, je vous invite à lire ceci: https://www.recherches-internationales.fr/RI82_pdf/RI82_Cartigny_pdf.pdf Les Palestiniens, comme vous d'ailleurs, évitent de négocier avec le diable, c'est suicidaire.

  • Posté par Raspe Eric, dimanche 6 novembre 2022, 23:12

    La nature bien faite, naeije. L'Histoire montre que ceux qui s'imposent par la force deviendront les faibles de demain. La sélection naturelle s'en occupera. Suffit d'être patient. Un jour, le fruit mûr tombe de l'arbre.

  • Posté par Vanloo , dimanche 6 novembre 2022, 20:28

    Pour les palestiniens deux états c'est irréaliste et définitivement trop tard, il suffit de regarder la carte de la Cisjordanie actuelle qui reprend les implantations des colonies israéliennes et les enclaves palestiniennes, une vraie peau de léopard

Plus de commentaires

Aussi en Proche et Moyen-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs