Accueil Culture Livres

Prix Médicis: Emmanuelle Bayamack-Tam, la poésie d’abord

Emmanuelle Bayamack-Tam a remporté ce mardi le prix Médicis du roman français avec « La treizième heure ». Un roman truffé d’ambiguïtés, de pièges et de clins d’œil en forme de citations. Lisez le premier chapitre.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Les rumeurs ne se sont pas trompées, qui faisaient courir son nom avant la remise du prix Médicis pour le roman français : Emmanuelle Bayamack-Tam est la lauréate de l’année pour La treizième heure. Le nom d’une secte. Enfin, un genre de secte, que Farah, un des prénoms du personnage principal, ni tout à fait fille ni tout à fait garçon, ne considère pas non plus vraiment comme une famille, ainsi que le fait son père, acharné à convaincre. Nous sommes, dit-elle, « juste une communauté qui croit que la souffrance et la mort n’auront pas le dernier mot ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs