Accueil Société

Grève nationale: pourquoi la grogne et la grève montent aux fenêtres du gouvernement

Le pays est à l’arrêt ce mercredi. Tout comme les négociations entre patrons et syndicats. Le gouvernement va répartir l’enveloppe bien-être et trancher la question des salaires.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Blocage ! Ce mercredi, la Belgique va se croiser les bras et filtrer l’accès aux entreprises. Avec aux lèvres une seule revendication : l’amélioration du pouvoir d’achat. Car malgré une indexation automatique des salaires qui, pour certains, n’apportera une hausse du revenu de plus de 10 % qu’en janvier prochain, de plus en plus de ménages peinent à nouer les deux bouts. Et ils le font savoir.

La faute à l’explosion des coûts de l’énergie : le gaz d’abord puis, en cascade, l’électricité et les autres combustibles. Mais aussi à l’augmentation du prix des carburants, des denrées alimentaires et à l’inflation qui a découlé de tout cela. Bref, la crise se fait sentir, bien avant la bise. Car jusqu’ici, l’arrière-saison a permis de limiter la consommation de chauffage. Mais qu’en sera-t-il dans quelques semaines ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Fonder Daniel, mercredi 9 novembre 2022, 10:59

    Il faut raison garder … et si certains veulent légitimement attirer l’attention sur les soucis du pouvoir d’achat, d’autres se trompent de cible et d’autres deconnent complètement comme cette personne du Setca qui parle de blocage des prix. On sait tous que la crise vient de la planète, du monde et d’une guerre à nos frontières. Il faut pour cela payer et en Belgique travailler plus. Tout est donc une question d’équilibres politiques et surtout de décisions salvatrices que le gouvernement ne prend pas … on en est toujours au palliatif et pas au curatif ( énergie, réforme fiscale, réforme administrative et projets mobilisateurs). Il n’y a que des paroles et les grands partis gestionnaires sont coupables de ne pas s’unir pour agir en ne pensant pas électoralisme et en cédant aux extrémistes et populistes …Écolo, VB, PTB !

  • Posté par B Thomas, mercredi 9 novembre 2022, 9:16

    "Ce mercredi, la Belgique va se croiser les bras et filtrer l’accès aux entreprises. "... il serait plus exact d'écrire "Ce mercredi, une partie de la Belgique va se croiser les bras et filtrer l’accès aux entreprises tandis que l'autre va travailler ou télétravailler et va être filtré ou empêché d'accéder aux entreprises" Il y avait la "cancel culture"', Pascal Lorent invente "social cancellation". Bravo patron !

  • Posté par D Marc, mercredi 9 novembre 2022, 9:15

    La Vivaldi essaie d'apaiser les travailleurs en jetant quelques cacahuètes. Mais pourquoi n'a-t-il pas limité le prix de l'énergie comme d'autres pays ont réussi à le faire? On ne parlerait pas de l'augmentation démesurée des prix que l'indexation des salaires ne parvient pas à compenser.

  • Posté par Dr Mi, mercredi 9 novembre 2022, 3:14

    Manifestons pour défendre notre pouvoir d'achat et pour plus d'égalité sociale !

  • Posté par eric biltiau, mercredi 9 novembre 2022, 9:57

    Travailllons plus pour moins de chômage et moins d'inégalité sociale !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs