Accueil Société

De Croo vante la technologie et plaide pour qu’on «maintienne la cohésion»

Il faut des solutions climatiques qui marchent pour tout le monde sans laisser personne au bord du chemin, plaide le Premier ministre. Qui croit beaucoup aux solutions technologiques.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Comme avant lui le Français Emmanuel Macron, l’Allemand Olaf Scholz, ou la très médiatique Mia Mottley, Première ministre de la Barbade, le Premier ministre belge Alexander De Croo (Open VLD) a pris la parole à la COP27, le sommet climatique mondial de Charm el-Cheikh. Un discours où il a renvoyé dos à dos les climatosceptiques et les militants pour le climat qui se sont illustrés ces derniers jours en s’en prenant (sans dégâts) à des œuvres d’art.

La lutte pour le climat, a-t-il lancé à la tribune des Nations unies est « un combat pour la survie. Pour notre survie physique ». Mais c’est aussi un combat pour « maintenir la cohésion ». « Nous devons être plus ambitieux, mais nous aussi prendre soin des gens. Nous avons besoin de solutions qui marchent pour tout le monde. Sans laisser personne sur le bord du chemin ».

Fidèle à ses convictions, De Croo a brisé une lance en faveur des technologies. « Les gens doivent savoir que les technologies climatiques d’aujourd’hui sont plus prometteuses que jamais ». Et de vanter la Belgique dont la délégation de 115 membres (qui ne viendront pas tous à la COP) comporte plus d’une quinzaine de représentants du port d’Anvers, de Fluxys (l’opérateur de gaz) et de l’entreprise de dragage Deme venus vanter leurs projets dans le domaine de l’hydrogène « vert ».

À lire aussi Alexander De Croo: «Le changement climatique est arrivé pour se venger»

Pratiquant l’œcuménisme et un « en même temps » très macronien, De Croo a plaidé pour un rapprochement Nord-Sud et s’est adressé aux jeunes. « Faites partie de la solution, allez étudier les sciences et par-dessus tout, construisez des coalitions, des partenariats. Dialoguez avec des personnes aux idées différentes, c’est là que le véritable changement se produit ».

Pour De Croo, le gouvernement ne peut tout faire tout seul. Le progrès n’est pas imposé d’en haut mais co-créé entre partenaires. Entre les gouvernements et le secteur privé. Entre les entreprises et la société civile ». C’est ainsi qu’on avancera, dit-il, et « non en se jetant de la peinture les uns sur les autres ».

Alexander De Croo n’a cependant pas fait mention du partenariat signé entre la Belgique et le Mozambique qui prévoit l’octroi de 2,5 millions d’euros au titre de financement des « pertes et dommages » déjà subis par Maputo du fait du changement climatique. Il est vrai que le gouvernement flamand est très réticent à l’idée que la Belgique s’engage dans des financements dans le dossier sensible des « pertes et préjudices »…

À lire aussi Climat: condamnée en juin, la Belgique n’a pas fait le moindre geste

« Clivant, et rien de très concret », commentait-on mardi soir, un expert d’une ONG qui, la veille avait rencontré le Premier ministre et s’offusquait un peu que, dans son discours, celui-ci les mentionne comme des jeunes activistes qui savent qu’ils doivent regarder au-delà des slogans ».

« Creux et décevant, assène Carine Thibaut, porte-parole de Greenpeace Belgique. Le bilan de la Belgique en matière de climat reste totalement insuffisant. Non seulement notre pays n’atteint pas ses objectifs climatiques, mais il n’a pas encore rempli son engagement en matière de justice climatique. « Comme le Premier ministre, nous nous inquiétons de la polarisation du débat sur le climat. Mais pour lutter contre celle-ci, le Premier ministre a la solution entre ses mains : il doit mener une politique climatique juste, inclusive et ambitieuse. C’est la seule direction possible pour obtenir une réelle adhésion citoyenne ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par c006ED7, mardi 8 novembre 2022, 21:23

    Marrant ces mecs qui plaident un truc et fond tout l'inverse en permanence. il y a encore un citoyen lucide qui pense qu'on peut attendre quoi que ce soit de bon de cette classe politique pourrie et corrompues jusqu'au trognon ? Le changement commencera le jour où on les mettra dehors.

  • Posté par De Kegel André, mardi 8 novembre 2022, 20:58

    Une fois de plus De Croo sort ses âneries sur l'hydrogène vert. C'est la plus mauvaise des solutions. Le rendement de cette filière est comprise entre 8 et 15 % en fonction des moyens utilisés. C'est une catastrophe énergétique, écologique et économique. Je vous laisse faire le calcul du bilan. Pour ceux qui ne sont pas assez scientifiques, je peux développer.

  • Posté par Fonder Daniel, mardi 8 novembre 2022, 21:31

    Il ne faut pas négliger la filière de l'Hydrogène, surtout que la Belgique est bien placée pour son développement. Mais dans la bouche de De Croo c'est surtout un nuage de fumée pour cacher les décisions horribles de son gouvernement dont la construction de deux centrales au gaz et la fermeture de centrales nucléaires avec sans doute beaucoup d'aléas encore ....

  • Posté par Diwo Nuso, mardi 8 novembre 2022, 20:43

    Il aurait pu faire un bon curé...

  • Posté par Esquenet Alexandre, jeudi 10 novembre 2022, 19:10

    Comme Macron

Plus de commentaires

Aussi en Société

Enquête Info «Le Soir»: le Qatar soupçonné de corruption en plein cœur de l’Europe

Quatre interpellations et 16 perquisitions ont été réalisées ce vendredi à Bruxelles dans le cadre d’une vaste enquête anticorruption menée par le parquet fédéral. Un ancien eurodéputé et le patron de la Confédération internationale des syndicats ont été privés de liberté, soupçonnés d’avoir reçu les faveurs du Qatar. Révélations du « Soir » et de « Knack ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko