Accueil Sports Coupe du monde

Coupe du monde au Qatar: pour les travailleurs migrants, «quitter le pays n’est pas une option»

La réputation du Qatar le précède. Des centaines de milliers de travailleurs migrants vivent dans l’émirat, parfois dans des conditions désastreuses, parfois victimes d’abus. Alors pourquoi continuent-ils à affluer dans la péninsule ? Et pourquoi restent-ils ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 9 min

Antonio* doit déménager tous les trois mois. Pour sa sécurité. « Dix à vingt personnes viennent ici me demander de l’aide. Tous les jours. Certaines sont sans papiers. Ça peut me créer des problèmes. » Dans cet appartement partagé avec quatre autres personnes, ses colocataires ne supportent pas toujours le va-et-vient des ouvriers pauvres, en déshérence après des déboires avec leur employeur. Dans une pièce remplie à ras bord (chambre, salle à manger et salon à la fois), un chat se balade dans les recoins. Rien, de l’aménagement de la pièce au regard d’Antonio, ne traduit l’instabilité de sa situation. En ce moment, cet ouvrier de la construction paie 800 dollars tous les mois, avec son épouse, pour vivre dans un appartement sans charme du quartier de Najma, dans le sud de Doha.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Coupe du monde au Qatar

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs