Accueil Monde Afrique République démocratique du Congo

RD Congo: expulsion de la journaliste de Reuters Sonia Rolley

Sonia Rolley avait notamment enquêté sur le dossier « Congo Hold-up » pour la radio RFI, avec l’European investigative collaborations (EIC) et « Le Soir ».

Temps de lecture: 2 min

La journaliste française d’investigation Sonia Rolley, ex-RFI et travaillant depuis cet été pour l’agence Reuters, a été expulsée mardi de Kinshasa par les autorités de la République démocratique du Congo qui ne lui avaient pas accordé d’accréditation. Elle disposait toutefois d’un visa valide.

Elle s’est rendue mardi matin à une convocation des services d’immigration, qui lui ont confisqué son passeport et l’ont obligée à prendre un vol pour Paris via Addis Abeba. Aucun motif ne lui a été signifié, précise l’agence dans une dépêche diffusée mardi soir. Par chance, la journaliste avait confié son GSM et autres affaires personnelles à des amis sur place.

Sonia Rolley travaille depuis une vingtaine d’années dans la région des Grands Lacs, principalement en RDC, où elle a révélé une série de scandales financiers, de fraudes et couvert les conflits armés. L’année dernière, elle avait intensivement participé, pour Radio France Internationale (RFI), à la vaste enquête Congo Hold-up, dont Le Soir est partenaire sous la coordination de l’European investigative collaborations (EIC). Congo Hold-up a donné lieu à des enquêtes judiciaires en Belgique, en France, en Suisse et au Congo.

« C’est la première fois en 20 ans de carrière que je me fais formellement expulser. Je reste abasourdie de l’être aujourd’hui au Congo de cette manière après toutes ces années de reportages, d’enquêtes… », a commenté Sonia Rolley mercredi sur Twitter. Un réseau social où elle compte plus de 600.000 abonnés, signe de l’impact considérable de son travail.

Avant son expulsion, Sonia Rolley a pu consulter une lettre du ministère congolais des communications adressée à Reuters (lettre jamais reçue par l’agence de presse). Dans cette missive, le ministre affirme que la gestion de l’accréditation de la journaliste « n’est pas liée à son recrutement par Reuters, mais plutôt à ses activités antérieures ». Qu’est-ce que cela signifie ? Les autorités congolaises n’ont pas communiqué sur l’expulsion de la journaliste.

À lire aussi Dossier | Tous les articles Congo Hold-up

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par De Kegel André, mercredi 9 novembre 2022, 20:47

    A voir sa réaction, il est manifeste qu'elle n'a rien compris à la mentalité politique congolaise.

Aussi en République démocratique du Congo

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une