Accueil Belgique Politique

Accord interprofessionnel: le gouvernement recevra les partenaires sociaux mardi

Au lendemain de la grève générale, le gouvernement a annoncé recevoir prochainement les partenaires sociaux. Les reprises des négociations autour de l’accord interprofessionnel sont prévues mardi.

Temps de lecture: 2 min

Le gouvernement fédéral recevra mardi les partenaires sociaux après l’échec des négociations autour de l’accord interprofessionnel et de la répartition de l’enveloppe bien-être et leur fera une proposition de médiation, a indiqué jeudi le Premier ministre, Alexander De Croo, à la Chambre.

Au lendemain de la grève générale, le chef du gouvernement s’est vu adresser de nombreuses questions qui ont montré les appréciations contrastées du mouvement au sein de la majorité. La députée Kathleen Verelst (Open Vld) a notamment dénoncé les blocages qui ont eu lieu. A ses yeux, le seul résultat, ce sont des « dégâts économiques et beaucoup de mécontentement ».

A l’inverse, à gauche, tant le PS qu’Ecolo ont mis en avant le message porté par les syndicats face à la vie chère et au blocage des salaires hors indexation. Cécile Cornet (Ecolo-Groen) a appelé à ce que, dans les secteurs qui ont engrangé des bénéfices, des augmentations salariales puissent être négociées.

Patrick Prévot (PS) a une fois de plus réclamé une révision de la loi de 1996 de modération salariale, même si celle-ci n’est pas prévue dans l’accord de gouvernement. « Vous ne pouvez pas vous enfermer dans un accord de gouvernement qui n’avait pas prévu une guerre en Europe », a-t-il lancé.

Dans l’opposition, les Engagés et DéFI ont mis en garde le gouvernement contre la précarité d’une partie croissante de la population et attiré son attention sur un phénomène nouveau : de nombreux indépendants se sont joints au mouvement, dépassés eux aussi par le prix de l’énergie. Le PTB a visé plus particulièrement le PS et son ministre du Travail, Pierre-Yves Dermagne : « pas question de showtime dans la rue hier et, demain, de signer un arrêté royal qui fixe à 0 % la marge salariale », a averti Raoul Hedebouw.

 

À lire aussi Grève: une large participation syndicale, un passage politique étroit

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une