Accueil Police et justice

Policiers attaqués à Bruxelles: ce que l’on sait sur Y.M, le suspect

L’assaillant, cible de tirs lors de l’intervention d’une autre patrouille de police appelée en renfort, a été «blessé par balle» et hospitalisé. Il était connu des services de police et listé par l’OCAM.

Temps de lecture: 4 min

L’homme qui a poignardé deux policiers à Schaerbeek jeudi soir est un dénommé Yassine M., a indiqué vendredi le parquet fédéral. Il était déjà connu des services de police pour des faits de droit commun et se trouvait sur liste de l’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM).

Une patrouille de police de la zone Bruxelles-Nord, qui se trouvait en voiture arrêtée à un feu rouge rue d’Aerschot à Schaerbeek, a été attaquée au couteau par un individu, jeudi soir vers 19h00. L’auteur a poignardé le conducteur au cou, puis il a poignardé le passager au bras droit. Le passager, grièvement blessé, a néanmoins pu appeler du renfort via sa radio, en précisant que l’agresseur avait crié «Allah Ouakhbar».

Les deux policiers, grièvement blessés, ont été emmenés d’urgence à l’hôpital. Le conducteur, Thomas M., âgé de 29 ans, est décédé des suites de ses blessures. Le passager, Jason P., âgé de 23 ans, a été opéré durant la nuit de jeudi à vendredi et ses jours ne semblent plus en danger, selon le parquet fédéral.

L’enquête devra notamment se pencher sur les éventuels antécédents psychiatriques du suspect. Le procureur de Bruxelles Tim De Wolf a raconté que jeudi matin Yassine M. s’était présenté dans un commissariat bruxellois «en tenant des propos incohérents».

Y.M, Belge né en 1990

Le suspect, Yassine M., né en 1990, a été neutralisé par des tirs d’une autre patrouille venue en renfort. Il a, lui aussi, été emmené à l’hôpital. Il sera interrogé dès que son état le permettra, a annoncé le parquet fédéral. Compte tenu du fait que le suspect a été blessé par balle, une seconde enquête est diligentée, cette fois par le parquet de Bruxelles, afin de déterminer les circonstances exactes dans lesquelles la police a utilisé l’arme à feu.

Yassine M. est déjà connu des services de police pour des faits de droit commun et a été incarcéré entre 2013 et 2019. Par ailleurs, il se trouve sur liste de l’OCAM. Il s’agit d’un homme de nationalité belge, domicilié à Evere. «Compte tenu des circonstances, le parquet fédéral s’est saisi des faits et a chargé un juge d’instruction spécialisé en terrorisme de mener l’enquête du chef d’assassinat et de tentative d’assassinat dans un contexte terroriste», a déclaré le parquet fédéral.

Quelques heures avant les faits, jeudi vers 10h00, Yassine M. s’était présenté au commissariat de police se situant Square Servaes Hoedemaekers à Evere, selon le parquet de Bruxelles. Il a tenu des propos incohérents, parlait de la haine contre la police et a demandé à être prise en charge au niveau psychologique. «Conformément à la procédure, les services de police ont pris contact avec le magistrat de garde du parquet de Bruxelles demandant de lancer la procédure de mise en observation psychiatrique prévue par la loi du 26 juin 1990 (la procédure Nixon, NDLR). Après vérification, il est apparu que la personne ne remplissait pas les critères légaux, compte tenu du fait qu’elle était prête à se faire soigner psychologiquement volontairement», a expliqué le parquet de Bruxelles.

L’enquête devra notamment se pencher sur les éventuels antécédents psychiatriques du suspect.

«Il parlait de la haine contre la police et demandait à être pris en charge au niveau psychologique», a-t-il ajouté. «A la demande du magistrat de garde», le suspect a alors été emmené par des policiers aux urgences psychiatriques d’un hôpital bruxellois, mais sans privation de liberté car il ne répondait pas aux critères légaux de l’internement d’office, a-t-on expliqué. «Il était volontaire».

Selon le procureur, la patrouille de police a quitté l’hôpital après s’être assurée que Yassine M. était bien pris en charge par des infirmiers.

«Plus tard, les policiers ont repris contact avec l’hôpital afin de vérifier si la personne avait été gardée en observation. Il s’est avéré qu’elle avait quitté l’hôpital», toujours d’après le parquet de Bruxelles.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par El Cabron Nicolas, vendredi 11 novembre 2022, 16:23

    Le procureur du roi cherche à sauver sa peau et celle de son substitut de garde. La loi de 1990 autorise le parquet à mettre en observation un individu présentant des troubles psychologiques et constituant un danger pour lui-même ou pour autrui. Le fait qu’il entende se faire soigner volontairement ou qu’il demande à l’être ne prive pas le parquet de ce droit. Eu égard aux déclarations de l’individu et surtout à son fichage auprès de l’Ocam, les critères étaient suffisants pour ordonner la mise en observation. Il y a bien faute grave dans le chef du parquet qui engage la responsabilité civile de l’Etat belge. Ça ne nous ramènera cependant pas ce jeune policier à la vie mais il est temps que la magistrature sorte de sa routine de fonctionnaire pour assurer enfin pleinement sa mission régalienne.

  • Posté par Hiersoux Michel, vendredi 11 novembre 2022, 14:05

    Ha, le cher "vivre ensemble" bruxellois !!

  • Posté par Propronet Juste, vendredi 11 novembre 2022, 13:26

    Yassine: un Belge qui crie «Allah Ouakhbar»??? . .

  • Posté par Propronet Juste, vendredi 11 novembre 2022, 13:22

    Nationalité belge? Avec un prénom de Yasmine: difficile à croire.

  • Posté par Bastin Eric, vendredi 11 novembre 2022, 14:25

    Bien sûr. S'il est né en Belgique avec au moins un parent de nationalité belge, il l'est automatiquement. Pour les autres cas de figure, voir ici : https://www.one.be/public/0-1-an/mes-droits/la-nationalite/

Plus de commentaires

Aussi en Police et justice

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko