Accueil Société

Policier tué à Bruxelles: ses collègues mènent une action symbolique au pied du palais de justice (photo)

Secrétaire de la CSC-Police, Joeri Dehaes, a qualifié le coup de couteau mortel qui a été porté au policier par un ancien détenu radicalisé de « meurtre lâche et délibéré ».

Temps de lecture: 2 min

Des policiers mènent ce vendredi soir une action symbolique après l’attaque à l’arme blanche de jeudi soir qui a coûté la vie à un de leurs collègues. Les zones de police Polbru et Midi de sont réunies Place Poelaert à 19h15 (heure de l’attaque) pour une minute de silence et salut en hommage à leur collègue décédé. Une action approuvée par les chefs de corps. Les policiers se sont rendus au pied du palais de justice de Bruxelles – en tournant le dos à l’institution – alors que plusieurs voix s’étonnent de l’action judiciaire dans ce dossier.

À lire aussi Policier tué à Bruxelles: rien n’a entravé l’expédition mortelle de l’ex-détenu au profil radical

Le suspect, dénommé Yassine M., était déjà connu des services de police pour des faits de droit commun et se trouvait sur liste de l’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM). L’homme est déjà connu des services de police pour des faits de droit commun et a été incarcéré entre 2013 et 2019. Par ailleurs, il se trouve sur liste de l’OCAM. Il s’agit d’un homme de nationalité belge, domicilié à Evere. « Compte tenu des circonstances, le parquet fédéral s’est saisi des faits et a chargé un juge d’instruction spécialisé en terrorisme de mener l’enquête du chef d’assassinat et de tentative d’assassinat dans un contexte terroriste », a déclaré le parquet fédéral.

Cette attaque mortelle a suscité de nombreuses réactions. Secrétaire de la CSC-Police, Joeri Dehaes, a qualifié le coup de couteau mortel qui a été porté au policier par un ancien détenu radicalisé de « meurtre lâche et délibéré ». « L’auteur était connu pour son radicalisme, son extrémisme, il avait suivi une trajectoire en prison, il est venu se présenter. Et puis le parquet a dit qu’il ne pouvait rien faire. Cela défie toute imagination », a ajouté le syndicaliste.

D.R.
D.R.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Giefvan Agathe, samedi 12 novembre 2022, 10:17

    Mais de quoi se plaint-on ? Vous préféreriez que ce soit un civil innocent ? Les flics sont payés pour prendre ce genre de risque. Si ça leur fait peur, qu'ils changent de métier. Et s'ils protestent contre la violence, qu'ils commencent par montrer l'exemple...

  • Posté par Moritz Montanez, vendredi 11 novembre 2022, 21:32

    Une grève ? Grande idée quand elle sera enfin utile ! Inutile que la population paie. Que les agents refusent enfin d'assurer la garde rapprochée des décideurs (judiciaire et politique) et ça va vite changer !

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 11 novembre 2022, 20:26

    La cause de tout cela, c'est le rejet des valeurs traditionnelles. Et avec les idées "progressistes", wokistes et iconoclastes actuelles, on n'a pas fini d'en baver.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko