Accueil Monde États-Unis

Midterms aux Etats-Unis: une nouvelle victoire dans le camp démocrate

Lors des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, un sénateur démocrate a été réélu en Arizona.

Temps de lecture: 2 min

Un sénateur démocrate a été réélu en Arizona, ont affirmé vendredi des médias américains, ce qui permet au parti du président Joe Biden de n’être plus qu’à un siège de conserver la majorité à la chambre haute.

L’ancien astronaute Mark Kelly a devancé son adversaire républicain Blake Masters dans cet Etat du sud-ouest, ont assuré trois chaînes de télévision.

Sa victoire porte le nombre de sénateurs démocrates à 49. Deux sièges sont encore à pourvoir: au Nevada, où le décompte se poursuit, et en Géorgie, où un deuxième tour est prévu le 6 décembre.

Si les deux partis devaient se retrouver à 50 sièges chacun et donc maintenir le statu quo, les démocrates conserveraient le contrôle du Sénat grâce à la voix de la vice-présidente Kamala Harris.

Blake Masters, le candidat défait en Arizona, n’a toujours pas reconnu son revers.

«Escroquerie et fraude électorale»

Vendredi soir, l’ex-président Donald Trump a écrit sur son réseau social que certaines machines électorales n’avaient pas fonctionné en Arizona, et que le résultat était «une escroquerie et une fraude électorale». «Refaites l’élection !», a-t-il exhorté.

La «vague» républicaine tant espérée par ses soutiens n’a pas déferlé et, même si les résultats définitifs ne sont pas encore connus, les démocrates semblent avoir réussi à limiter la casse.

À lire aussi Le grand ratage républicain des midterms

Plusieurs jours après le scrutin qui s’est tenu mardi, le contrôle du Congrès reste incertain. Les républicains semblaient bien partis pour conquérir la majorité à la Chambre des représentants, mais il leur manquait encore sept sièges.

À lire aussi Midterms: «Le véritable danger? Les efforts des Républicains pour changer les règles électorales»

Dans l’Etat voisin du Nevada, pour l’élection du gouverneur, c’est en revanche le républicain Joe Lombardo, ancien policier et shérif, qui a remporté le scrutin face à son rival démocrate Steve Sisolak. M. Lombardo s’appuyait sur le soutien de l’ancien président Trump.

 

À lire aussi Midterms: les sondeurs américains n’ont rien vu venir

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, dimanche 13 novembre 2022, 23:57

    ... et ALORS les complotistes; trumpistes; populistes ; QAnon; antivax; etc ? Plus de commentaires ? >>> Vos prédictions font (une fois de plus) un grand FLOP ! Mdr.

  • Posté par Wauters Georges, dimanche 13 novembre 2022, 8:57

    C est confirmé ce matin les démocrates gardent le sénat. Ils pourront donc faire passer les lois sur l avortement et le climat. Bolsonaro il y a quelques jours, Trump aujourd’hui et espérons Meloni dès que son gouvernement tombera, le vent semble enfin avoir tourné. C est enfin l humanité qui gagne

  • Posté par Van Obberghen Paul, samedi 12 novembre 2022, 14:26

    A suivre aussi, c'est la course aux gouverneurs et secrétaires d'état (Ministres de l'Intérieur des états). En effet, il sera intéressant de voir combien de ceux-là seront seront des "Maga" Trumpistes, colportant de "Big Lie" de l'élection supposément volée de 2020. élus. En effet, c'est eux qui décideront du résultat des élections de 2024. Or, certains d'entre eux ont déjà annoncé qu'ils ne certifieraient pas le résultat s'il n'était pas Républicain. Plusieurs de ces candidats, endossés par Trump, sont déjà hors course, et c'est une assez bonne nouvelle pour la démocratie aux Etats-Unis. Kerry Lake, par exemple, Trumpiste convaincue, pourrait ne pas être élue Gouverneure en Arizona et dénonce déjà une fraude sans en apporter la preuve. Refrain connu. A voir aussi combien de mandataires "Maga" seront élus à la Chambre. Il n'y en avait que quelques-un·e·s avant les élections, ils pourraient être plusieurs dizaines en janvier prochain, et cela rendra la Chambre ingérable par son Président s'il est Républicain (vraisemblablement Kevin McCarthy) et que sa majorité n'est que de quelques sièges.

  • Posté par Van Obberghen Paul, samedi 12 novembre 2022, 14:33

    Kari Lake, sorry.

  • Posté par Van Obberghen Paul, samedi 12 novembre 2022, 14:13

    Il est certain que conserver la majorité au Sénat, particulièrement durant une élection de mi-mandat, est important et symbolique pour les Démocrates, mais il faut relativiser la chose par le fait que dans la plupart des cas, la règle dite du "Filibuster" (obstruction) fait qu'une proposition (autre que budgétaire) ne peut être soumise au vote que s'il y a 60 sénateurs pour le décider. A moins que la règle du "Filibuster" ne soit abrogée, ce qui a peu de chance d'arriver.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une