Accueil Belgique Politique

Policier tué à Bruxelles: un nouveau syndicat policier demande la démission de Van Quickenborne

Après le SNPS, c’est au tour du SLFP d’appeler à la démission du ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne. Le syndicat libéral l’accuse de « mentir sur la tolérance zéro ».

Temps de lecture: 2 min

Malgré la politique de tolérance zéro contre les brutalités policières instaurée par le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, des dossiers sont toujours classés, affirme samedi le syndicat libéral SLFP. « Nous ne pouvons dès lors que nous joindre à l’appel (du SNPS, NDLR) pour exiger la démission du ministre de la Justice », a-t-il déclaré.

Dans une lettre que la VRT a pu consulter, la section courtraisienne du parquet de Flandre occidentale indique ainsi avoir décidé de classer un dossier. « Le suspect n’est pas connu de mes services pour d’autres infractions similaires. Compte tenu de tous les éléments du dossier, j’ai décidé de classer le dossier », peut-on notamment y lire.

Selon le syndicat, ce dossier concerne un cas de rébellion fin août à Waregem au cours duquel un policier aurait été blessé au genou. « Le collègue est en incapacité de travail depuis le 30 août en raison de ces faits et cela va probablement continuer pendant des mois en raison de la nature de ses blessures. »

Pour le SLFP, c’est la preuve que le ministre de la Justice ment quand il évoque la « tolérance zéro » pour les violences commises contre les forces de l’ordre. « Il nous est impossible de travailler avec un ministre de tutelle qui nous accuse de mensonges alors qu’il viole lui-même à plusieurs reprises la vérité », a ajouté le syndicat.

Aucune information n’a pu être obtenue pour l’instant du côté du cabinet du ministre. Une séance supplémentaire de la commission conjointe de l’Intérieur et de la Justice est prévue ce lundi à la suite de l’attaque d’une patrouille de police à Schaerbeek, jeudi, au cours de laquelle un policier a été tué. Les syndicats policiers veulent manifester à Bruxelles le 28 novembre.

 

À lire aussi Policier tué à Bruxelles: comment la procédure dite «de Nixon» montre ses limites À lire aussi Policier tué à Bruxelles: Egbert Lachaert dénonce la campagne de diffamation à l’encontre du ministre de la Justice

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Patric Stun, dimanche 13 novembre 2022, 6:04

    La démission n’y changera rien. C’est la justice belge en général qui fait preuve de laxisme et de complaisance.

  • Posté par Giefvan Agathe, samedi 12 novembre 2022, 20:51

    Et si on exigeait la démission des chefs de ces syndicats ? De quel droit "exigent"-ils la démission de qui que ce soit ?

  • Posté par D Marc, samedi 12 novembre 2022, 19:10

    En 1996 les ministres de la justice et de l'intérieur démissionnaient suite à l'escapade rocambolesque de 3 heures de Dutroux. Que lisait-on dans les journaux? "Elle a mis une nouvelle fois en lumière la décrépitude de l'appareil de l'Etat belge. Jean-Luc Dehaene annonce que la réforme de la police et de la justice se poursuivra". Rien de nouveau sous le soleil, sauf que les ministres ne prennent plus la responsabilité de leur gestion, et pourtant dans ce cas-ci il y a eu mort d'homme.

  • Posté par Giefvan Agathe, samedi 12 novembre 2022, 20:50

    Non ; comme dans le film Reservoir Dogs, il n'y a eu que mort de flic.

  • Posté par Joute Dodo, samedi 12 novembre 2022, 18:47

    Ces syndicats, n'ont-ils rien de plus intelligent à faire que de surréagir sur un ministre? L'enquête sur cette tuerie a à peine commencé ! Aucune conclusion ne peut encore être tirée et ces idiots de syndicalistes réclamment la tête du ministre de la justice! Bande d'idiots.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

120 élues se mobilisent pour un #Metoo politique belge

Des femmes élues de tous partis, collaboratrices, attachées parlementaires et militantes gravitant autour et dans les milieux politiques, appellent le monde politique à prendre ses responsabilités face aux violences sexistes, sexuelles et psychologiques exercées par des mandataires publics ou apparentés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une