Accueil Sports Football Football belge Anderlecht

Anderlecht doit enfin remporter une rencontre au sommet contre Genk

En recevant Genk, les Mauves ont une dernière chance de s’adjuger une rencontre au sommet avant une trêve qui fera du bien aux organismes mais surtout aux esprits de tout un club…

Temps de lecture: 3 min

Si Anderlecht reste un patient malade au niveau du jeu, les résultats qu’il obtient depuis le licenciement de Felice Mazzù tendent à le mener sur le chemin de la guérison. Une qualification dans la douleur en Coupe et sur la scène européenne ainsi qu’un partage encourageant du côté de l’Antwerp ont permis aux Anderlechtois de préparer la venue de Genk, l’ogre de ce début de saison, avec sérénité.

Une affiche dont l’importance s’est toutefois vue ténue par Wouter Vrancken. « Peu importe le résultat que nous obtiendrons ce dimanche, notre premier tour est réussi. Nous voudrons le rendre encore plus beau avec la victoire mais ce sera difficile car l’adversaire est en train de retrouver petit à petit ses valeurs. »

Des vertus aperçues lors de courts laps de temps et pas encore dans les matches dits au sommet. L’Union, Gand, le Club de Bruges et le Standard ont fait mordre la poussière aux Mauves dans des duels, si pas disproportionnés, bien trop facilement dominés par les adversaires. Bref, si la bande à Robin Veldman veut enfin franchir un cap dans ce championnat, elle se doit de marquer les esprits au cours d’un vrai choc. Et pourquoi pas contre un Genk qui fait peur pour sa forme offensive et qui rend ses opposants prudents tant la moindre erreur se voit punie en une fraction de seconde ?

« Nous n’aurons rien à perdre lors de cette rencontre. » Le mentor des Limbourgeois a raison mais il oublie que la même remarque peut s’étendre à son hôte du jour. Quel serait le réel impact d’un revers contre une équipe qui marche sur l’eau depuis des semaines ? Un écart plus grand avec le Top 4, devenu illusoire tant les prestations ont été catastrophiques pendant un long moment ? Une colère de la part d’un public qui semble avoir compris que la patience reste le plus beau des atouts dans la difficulté ? Des interrogations autour de la suite à donner à l’intérim d’un mentor hollandais ne faisant toujours pas l’unanimité dans les têtes pensantes anderlechtoises ? Toutes ces questions possèdent une réponse commune à savoir « non, tout simplement ».

Anderlecht se trouve dans une période de transition, à lui de l’écourter en faisant preuve, si pas de frivolité inconsidérée, d’un relâchement au niveau de la pression qui peut peser sur ses épaules. Il est toujours en course sur trois fronts, il sait que son pic de forme finira par arriver et il n’a plus que 90 minutes à disputer tambour battant avant de profiter d’une trêve aux allures d’aubaine pour le moral et la fraîcheur mentale. C’est donc avec un esprit libéré que les Anderlechtois doivent monter sur la pelouse face à ce qui se fait de mieux actuellement en Belgique. « Quand tu joues le favori numéro 1 pour le titre, tu dois le faire avec solidarité. »

Robin Veldman a poursuivi son travail de sape auprès d’un vestiaire malade, car tiraillé par trop de remous internes. Les pommes pourries tombent de l’arbre et les jeunes pointent le bout de leur nez avec force. Un mélange suffisant pour venir à bout de Genk en ce début de soirée ? La réponse dans quelques heures.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Anderlecht

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb