Accueil La Une Belgique

Entre la police et la justice, la mort de Thomas Monjoie a allumé la mèche

Depuis vendredi, les syndicats de police chargent lourdement le ministre de la Justice et le supposé laxisme des parquets face aux agressions de policiers. Sur le terrain, notamment au sein de la zone Bruxelles-Nord frappée par le drame, la frustration se fait aussi sentir.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Après le choc, la colère. On le sent, la mort de Thomas Monjoie a eu pour effet d’allumer une mèche déjà fortement imbibée d’essence. Les syndicats policiers sont vent debout, c’est peu de le dire. Mais alors que la relation entre ces derniers et la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) n’a jamais été au beau fixe, c’est cette fois à la justice, et a fortiori à celui qui l’incarne au sein de la Vivaldi, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), de se retrouver dans le viseur, le ministre libéral étant carrément appelé à la démission par plusieurs formations, dont le SLFP et le SNPS, les deux principaux syndicats policiers du pays, ainsi que par l’ACV, branche néerlandophone de la CSC Services Publics.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs