Accueil Culture Scènes

«Animal Farm»: bêtes de scène!

Tout est bon dans ces cochons (même s’ils s’avèrent de gros porcs tyranniques) mis en scène au Théâtre du Parc dans une adaptation au cordeau du chef-d’œuvre d’Orwell : « La ferme des animaux. » A la fois divertissante et familiale, la pièce renvoie sans détour aux actuels despotes de tous poils.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Publiée en 1945, et imaginée comme une critique de la révolution russe et du stalinisme, La Ferme des animaux s’est, au fil du temps, muée en parabole implacable de toutes les formes de tyrannie qui menacent, encore et toujours, nos démocraties. Parfois avec une évidence criante, comme en Russie actuellement (pour ne citer qu’un exemple à l’heure où les despotes se reproduisent plus vite que des lapins). Parfois de manière plus insidieuse, quand l’expression même d’une pensée suscite opprobres et contre-vérités. Génial visionnaire (son 1984 avait déjà tout prédit de nos sociétés de surveillance), Georges Orwell nous sert aujourd’hui sur un plateau, celui du Théâtre du Parc, un avertissement impitoyable, ses bêtes de ferme (cochons, vaches, chèvres et autres chevaux) préfigurant la bête immonde.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs