Accueil Belgique Politique

Policier tué à Bruxelles: la responsabilité des ministres Van Quickenborne et Verlinden pas mise en cause à ce stade

Le ministre de la Justice n’est pas sur un siège éjectable, pas plus que sa collègue de l’Intérieur, selon plusieurs sources gouvernementales.

Temps de lecture: 2 min

Pourquoi les magistrats ont-ils jugé que l’arrestation de Yassine M. ne se justifiait pas au regard de la loi ? Pourquoi les policiers n’ont-ils pas informé les urgences de la dangerosité de celui qui, quelques heures plus tard, allait commettre l’irréparable ? Autant de questions qui pourraient mettre en cause celui et celle qui assument la responsabilité politique des magistrats et des policiers, respectivement Vincent Van Quickenborne (Justice) et Annelies Verlinden (Intérieur).

A ce stade, c’est surtout le ministre la Justice qui a fait l’objet de critiques. Un syndicat policier, le SLFP, a même demandé sa démission. Et pourtant, après la diffusion du rapport du procureur-général, personne, au sein du gouvernement fédéral n’estime que le siège du ministre est en danger. Il faut dire que même la N-VA n’a pas demandé de démission. « Ce n’est pas un sujet au gouvernement », dit une première source. « A ce stade, rien ne justifie une démission. Même si la décision prise n’a pas été la bonne, les magistrats ont respecté les procédures et aucune faute lourde n’a été commise », indique une autre source gouvernementale. Une troisième partage cet avis. « Je qualifierais le risque de démission de faible. La décision s’est avérée désastreuse, mais il n’est pas possible, à ce stade, d’identifier la responsabilité de telle ou telle personne. Aucune réunion d’urgence n’a d’ailleurs été convoquée au sein du gouvernement. » Un dernier initié abonde. « L’enquête est en cours et, à ce stade, la responsabilité des ministres n’est nullement mise en cause. »

La question de la démission de la ministre de l’Intérieur n’est, de son côté, posée par personne.

Mais toutes nos sources précisent qu’elles s’expriment sur base des éléments connus à ce stade. « Dans des dossiers tels que ceux-là, la situation peut évoluer d’heure en heure. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Roche Maxine, lundi 14 novembre 2022, 19:23

    Les ministres ne sont évidemment oas responsables ! La Démocratie est beaucoup trop fragile pour lutter contre les extrémistes ! Seul un changement de régime fort démocratiquement voulu sera efficace !

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 14 novembre 2022, 22:33

    Tiens! Revoilà le partisan d'une dictature!

  • Posté par collin liliane, lundi 14 novembre 2022, 18:59

    Un fanatique égorge un policier en criant "allahouakbar" et personne n'osera mettre en évidence où se trouve la vraie responsabilité. Mieux vaut tenter d'accuser la police, l'hôpital, la magistrature, le manque de communication, les ministres... Politiquement correct oblige.

  • Posté par Usual Suspect, mardi 15 novembre 2022, 14:37

    Raspe Eric, quelle bassesse que de s'en prendre à un choix de pseudo, vraiment vous n'avez aucun autre argument ? Vous êtes digne de faire partie de l'équipe de chroniqueurs-trolls chez Hanouna.

  • Posté par Raspe Eric, mardi 15 novembre 2022, 8:55

    @ collin "En parlant de fanatisme, vous n'êtes pas mal dans le genre de votre côté." C'est bien vous et vos contributions répugnantes que monsieur caver visait. Il a bien compris combien elles le sont, collin. Si vous voulez préserver votre image sociale, le mieux est de déserter ce foirum. Mais votre nombril est tellement hypertrophié que vous n'y arriverez pas.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une