Accueil Belgique Politique

Policier tué à Bruxelles: quand les magistrats de garde doivent «faire face à un manque de collaboration des médecins ou des policiers»

Le magistrat de garde peut être beaucoup sollicité. « Ils sont appelés chaque fois qu’une infraction a eu lieu et que la police ne peut pas initier les devoirs seule. » Voici comment ça fonctionne.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Pour chaque parquet (et parfois pour plusieurs parquets lorsque ceux-ci se trouvent dans des zones « calmes » telles que Marche-en-Famenne, Neufchâteau et Arlon), un tour de rôle est mis en place, 24h/24, 7j/7, pour qu’il y ait un magistrat de garde, auprès de qui les services de police doivent se référer en cas de perpétration d’actes graves : « Ils sont appelés chaque fois qu’une infraction a eu lieu et que la police ne peut pas initier les devoirs seule », explique un magistrat bruxellois. Ce sont des circulaires des procureurs généraux qui déterminent, en fonction de la gravité des faits, des risques pour la société, dans quels dossiers les magistrats de garde doivent être alertés. Les circulaires du parquet concerné viennent compléter, en fonction de sa politique criminelle, ces instructions.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Dechamps Pascal, jeudi 17 novembre 2022, 22:15

    Bref à la base un problème de formation de la police. Manque de discernement, on va paraphraser l'adage des milieux d'affaires :#when you lack education, you get monkeys# "monsieur Alain " a tout faux.

  • Posté par Monsieur Alain, mardi 15 novembre 2022, 9:58

    Les magistrats qui "sortent leurs mouchoirs" pour leur charge de travail. C'est oublier un peu vite que sur les trente dernières années, il n'ont eu de cesse, avec le législateur, que de priver les services de police (et de gendarmerie) de tout pouvoir de décision sur les suites d'enquête et actes de procédure, attirant à eux TOUS les leviers de décision par peur de l'émergence d'un état policier. Mieux même, "ils" se sont arrangés pour charger et même inonder les services de police des actes de procédure qui ne les intéressaient pas et qui sont chronophage et largement inutiles. Regardez outre-Manche, outre-Atlantique c'est "un peu" différent. C'est exactement le même processus qu'en politique "traditionnelle" où les administrations, sur la même période et par la grâce des réformes de l'Etat, ont été dénuées de toute responsabilité hormis celles de pure exécution au profit des cabinets ministériels. Après bien sûr, plus personne n'est responsable de rien puisque - concentration des pouvoirs oblige - les décideurs sont également les contrôleurs. C'est le "modèle belge" (et wallon !).

  • Posté par Jef Jef, mercredi 16 novembre 2022, 20:39

    Merci professeur Alain malin

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 15 novembre 2022, 9:29

    C'est exact, clair et précis.

  • Posté par Jeanine Delhait, mardi 15 novembre 2022, 7:00

    Merci les politiciens (Tous) d'avoir raboter les budgets de la justice et de la police et de mettre toute la population en danger.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Budget: la Wallonie attend la sanction de Moody’s

L’an dernier, l’agence de notation avait dégradé l’appréciation de la Région juste avant les débats budgétaires. Cette fois, la note se fait attendre. Suspense : le déficit est revu à la baisse, mais la dette continue de s’accroître.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs