Accueil Culture Scènes

« Parti en fumée », ou comment tuer le père

Pour raconter un père qui côtoie la mort, Othmane Moumen le ramène à la vie par la marionnette. Seul en scène, le fils tire les fils d'un paternel condamné par la cigarette. Aux Tanneurs à Bruxelles.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Parti en fumée jusqu’au 19/11 aux Tanneurs, Bruxelles.

En général, quand un garçon se pique de « tuer le père », il ne s’agit pas vraiment de liquider l’encombrant paternel mais de tirer un trait… symbolique, de passer une étape mentale pour construire sa vie d’homme. Mais pour Othmane Moumen, « tuer le père » n’a rien de l’abstraite psychologie freudienne et tout d’un geste singulièrement concret. « Moi, j’ai déjà tué le père, mais il ne veut pas mourir », avance l’artiste avec une bonne dose d’humour noir tout en manipulant la marionnette de son paternel, façonnée de ses mains pour expirer sur scène. Expirer, tout court, mais aussi expirer cette fumée qui, depuis 60 ans, lui encrasse les poumons à tel point qu’il aurait dû en mourir il y a plusieurs années de cela.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs