Accueil Société

Policier tué: le suivi de Yassine M., reflet d’un paysage institutionnel complexe

L’affaire aura démontré que certains acteurs de la lutte contre le radicalisme, intégrés dans la « Stratégie TER », ne parlent pas entre eux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Le décès du policier Thomas Monjoie met le projecteur sur la complexité du paysage institutionnel lié au suivi des individus radicalisés, mais aussi sur les limites de ce suivi. Car suivi, Yassine M., désormais inculpé pour « assassinat et tentative d’assassinat en contexte terroriste », l’était bien. Et par une multitude d’acteurs. Il figurait pour rappel depuis 2017 dans la Banque de Données commune (BDC) de l’Ocam (Organe de coordination pour l’analyse de la menace) qui, à l’échelon fédéral, coordonne la « Stratégie TER » de lutte contre le radicalisme et le terrorisme. Preuve de l’existence de ce suivi par les renseignements, son statut avait même été actualisé en 2020 (« extrémiste potentiellement violent »). Son cas avait également été évoqué par la Task Force Locale (TFL) bruxelloise, notamment en 2020.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Dechamps Pascal, jeudi 17 novembre 2022, 22:29

    Une seule question: lorsque le "taxi-police" a déposé le bonhomme à l'hôpital, était-il toujours sur place lorsque le même s'est enfui ? Oui ou Non ? Après cela on a le toupet de demander la démission d'un Ministre !

  • Posté par STORDIAU Pierre, mercredi 16 novembre 2022, 11:57

    Non; cette bavure est surtout le corollaire des mauvaises priorités/ injonctions de notre ministre Justice V. Quick ( fixette contre les automobilistes plutôt que les "fichés dangereux" ou le banditisme).

  • Posté par eric biltiau, jeudi 17 novembre 2022, 21:44

    Vous avez raison mr Stordiau.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, jeudi 17 novembre 2022, 17:10

    Comparaison hasardeuse, Pierre : en Belgique, des automobilistes, dont certains sont dangereux sans être fichés, provoquent chaque année des dizaines de milliers d'accidents, des milliers de blessés plus ou moins gravement et des centaines de morts.

  • Posté par Wathelet Michel, mercredi 16 novembre 2022, 9:54

    On peut lire " Quand bien même nous nous serions réunis pour parler de sa situation, cela n’aurait rien changé du tout, car nous n’avons pas de pouvoir contraignant », rétorque-t-il, appuyant pour le reste l’idée selon laquelle cet organe n’aurait guère pu informer davantage les services de sécurité sur le profil de Yassine M., déjà connu de ces acteurs. " Pourquoi alors ces réunions et ces services qui ne servent à rien ?? - ET trop d'information tue l'information, débordés iles différents services ne savent même pas la traiter. Voyez le reportage ente le professeur de droit et le ou les magistrats qui ont pris la décision. Ils ne sont pas sur la même logique d'interprétation. C'est assez grave ce niveau d'imbécilité et pour preuve la mort brutale d'un jeune policier. Lorsque l'on écrit un texte de loi sujet à interprétation par différents acteurs c'est une mauvaise loi et il faut éviter de la publier et de la mettre en application .

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs