Accueil Monde Asie-Pacifique

Birmanie: la junte libère 6.000 prisonniers, dont une ex-diplomate britannique

L’ancienne ambassadrice britannique Vicky Bowman, le conseiller économique australien Sean Turnell et le journaliste japonais Toru Kubota « seront libérés pour marquer la fête nationale », a déclaré à l’AFP un officier supérieur.

Temps de lecture: 2 min

La junte au pouvoir en Birmanie a annoncé jeudi la libération de près de 6.000 prisonniers, dont une ancienne ambassadrice britannique, un journaliste japonais et un conseiller australien du gouvernement déchu d’Aung San Suu Kyi.

Ces trois ressortissants étrangers « sont graciés et expulsés », a indiqué la junte dans un communiqué, sans préciser quand cette expulsion aurait lieu.

Cette décision est un rare signe d’ouverture des militaires depuis leur arrivée au pouvoir lors du coup d’Etat du 1er février 2021. Des milliers de personnes ont été emprisonnées dans le cadre de la répression sanglante de toute dissidence qui a suivi.

L’ex-diplomate Vicky Bowman, le conseiller économique australien Sean Turnell et le journaliste japonais Toru Kubota « seront libérés pour marquer la fête nationale » (jeudi), a déclaré à l’AFP un officier supérieur.

« Au total, 5.774 prisonniers, dont quelque 600 femmes, seront libérés », ont-ils précisé, révisant à la hausse le chiffre antérieur qui était d’environ 700.

Ils n’ont pas précisé combien de personnes graciées avaient été arrêtées lors de la répression militaire contre la dissidence.

Cette décision était réclamée depuis de longs mois par les organisations de défense des droits humains, qui pointaient du doigt des condamnations politiques par une junte accusée d’avoir fait plonger le pays dans un conflit sanglant depuis le coup d’Etat militaire de février 2021.

Vicky Bowman, en poste entre 2002 et 2006, et son mari, l’artiste birman Htein Lin, ancien prisonnier politique, tous deux arrêtés en août pour avoir enfreint les lois d’immigration, avaient été condamnés à un an de prison.

Comme son épouse, Htein Lin a été libéré, a appris l’AFP.

M. Turnell, professeur d’économie australien, travaillait en tant que conseiller d’Aung San Suu Kyi lorsqu’il a été arrêté quelques jours après le coup d’Etat, en février 2021.

Il a été condamné en septembre à trois ans de prison pour violation de la loi sur les secrets officiels.

Toru Kubota, 26 ans, arrêté en juillet en marge d’une manifestation anti-junte à Rangoun, avait été condamné à dix ans d’emprisonnement.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une