Accueil Société

Policier tué à Bruxelles: Georges-Louis Bouchez souhaite un contrôle plus poussé pour les magistrats (vidéo)

Le président des libéraux francophones a répété au micro de Bel RTL ce jeudi ses interrogations sur le travail des magistrats du parquet dans ce dossier.

Temps de lecture: 2 min

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a rappelé jeudi la proposition de son parti de créer un organe de contrôle de la justice, à la manière du comité P qui contrôle les services de police.

Lundi, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, a donné aux députés des explications sur le meurtre d’un policier la semaine passée à Schaerbeek sur la base d’un rapport rédigé par le procureur général de Bruxelles, Johan Delmulle. Selon lui, le parquet de la capitale a agi de manière « professionnelle et responsable ». Il s’est par contre interrogé sur le peu de communication entre la police et l’hôpital Saint-Luc où l’auteur présumé des faits, Yassine M., fiché par l’Ocam comme extrémiste potentiellement violent, a été conduit.

Le président des libéraux francophones a répété au micro de Bel RTL ses interrogations sur le travail des magistrats du parquet dans ce dossier. A ses yeux, ils disposaient d’éléments suffisants pour priver de liberté Yassine M. par un moyen ou un autre comme cela a été fait dans des dossiers comparables. Il est donc « indigne », à l’entendre, d’essayer de faire porter la responsabilité sur les policiers voire sur l’hôpital.

« Sur la question de rendre des comptes, de savoir si la décision a été prise correctement, si l’on a suivi l’ensemble des règles, c’est en général uniquement le chef de corps. Cela pose question de n’avoir qu’un contrôle interne. Les justiciables peuvent s’adresser au Conseil supérieur de la justice pour un nombre très limité de sujets mais il n’y a pas de systématisation du contrôle. L’indépendance de la magistrature est évidemment essentielle, la séparation des pouvoirs aussi mais cela ne veut pas dire irresponsabilité », a souligné M. Bouchez.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par ONCKELINX DANIEL, jeudi 17 novembre 2022, 16:09

    GLB à son habitude utilise un fait particulier, qui est problématique, pour suggérer Sa solution. Ce disfonctionnement, ou pas, doit être traité dans la pondération et non sous le coup de l'émotion. L'opinion publique est légitimement choquée. Utiliser ce fait n'est pas loin du populisme .

  • Posté par Moreau Michel, jeudi 17 novembre 2022, 11:32

    Le problème avec GLB, c'est qu'il se réfugie souvent dans le confort des contrôles et procédures a postériori, plutôt que dans la recherche de solutions préventives : bref, ça va nous coûter de plus en plus cher en terme de comités, enquêtes et rapports fumeux (argent et temps gaspillés), tout en n'apportant aucune efficacité proactive ! On peut penser que ce qui a plutôt manqué ici, c'est une sorte de SMUR spécialisé en diagnostic psycho-légal urgent, regroupant psychiatrie, justice et police, qui aurait été en mesure de fournir au juge une base d'évaluation du risque solide et professionnelle pour une privation de liberté préliminaire immédiate...

  • Posté par Ratajczak Alain, jeudi 17 novembre 2022, 11:31

    Qui va désigner les contrôleurs ? Et qui va contrôler les contrôleurs ?

  • Posté par dams jean-marie, jeudi 17 novembre 2022, 11:24

    Le mal est bien plus profond cela , en 60 ans les partis PS , Engagés ( sous toutes ses variantes nominatives) Ecolo et Groen en cours de route , idem pour le PTB ainsi que certains médias acoquinés ont instauré l'invasion massive de peuplades aux us et coutumes incompatibles au monde occidental. Nos ancêtres se retournent dans leur tombe!

  • Posté par Groetaers Jean-Pierre , jeudi 17 novembre 2022, 10:20

    La proposition me paraît correcte. C’est un peu facile de dire : circulez, y a rien à voir !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko