Accueil Belgique Politique

De Croo sort du bourbier budgétaire

Entre les chiffres budgétaires annoncés par le Premier ministre en octobre et ceux transmis cette semaine à la Chambre, il y a une différence de 1,7 milliard. Alexander De Croo s’est défendu jeudi, parlant « d’erreur matérielle » de sa secrétaire d’Etat au Budget. En soirée, Eva De Bleeker, fragilisée, adoptait la rhétorique du Premier ministre et sauvait son poste.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Le gouvernement semblait s’être sorti, jeudi soir, du pétrin budgétaire, au prix d’un nouveau psychodrame nuisible à sa crédibilité, y compris vis-à-vis de la Commission européenne. Après une semaine de tension entre le Premier ministre, Alexander De Croo, et la secrétaire d’Etat au Budget, Eva De Bleeker (issue de son parti), Alexander De Croo est parvenu, jeudi après-midi à imposer sa version des faits, dûment avalisée en soirée par sa secrétaire d’Etat, en commission des Finances de la Chambre.

Que s’est-il passé au juste ? Tout est parti des documents remis lundi aux députés. A leur grande surprise, et à celle du député Sander Loones (N-VA) en particulier, les tableaux budgétaires ne faisaient plus état d’un déficit fédéral de 2,9 % du PIB comme annoncé juste après l’accord gouvernemental début octobre, mais de 3,4 %. Une différence significative puisque les finances du pays s’en trouvaient détériorées à raison de 1,3 milliard d’euros pour 2023 et de 1,7 milliard pour 2024.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par HERMAN Romuald, jeudi 17 novembre 2022, 22:29

    Travaillant en 2016 à mi-temps avec une pension de veuf, j’ai été victime d’une erreur de mon employeur (je ne peux pas le citer mais vous devinerez…) portant sur une virgule et j’ai dû injustement rembourser 8.000 euros à l’Office des Pensions. Il a fallu à cet employeur 2 ans et demi pour envoyer un rectificatif ! Oui, vous avez bien lu ! Entretemps, en avril 2017, un certain VANDEPUT de la NVA (et il porte bien son nom celui-là !) a supprimé une prime pour les temps partiels et mon même employeur ne s’en est rendu compte qu’en octobre 2018 ! Donc récupération de ladite prime et 3.000 euros dans ma gueule ! Et impossible de voir venir ce truc : ce n’est pas comme si mon employeur versait 3.000 euros d’un coup sur mon compte ! Une fois mon dernier enfant devenu autonome et plus à ma charge, j’ai recommencé à temps plein et suspendu la pension. Triste erreur de quelqu’un qui a toujours voulu travailler. Comme mon boulot est « indispensable », je me suis tapé 2 ans de Covid à Bruxelles sans télétravail ! En devant payer au début mes masques moi-même (les collègues en télétravail recevant par contre une participation aux frais de 20 euros par mois ! CHERCHEZ l’erreur !!) ! Cerise sur le gâteau, une pouffiasse « vegan » ayant reçu un jour un sandwiche jambon pendant une réunion, ce fût la crise ! Caca nerveux de la Direction ! Pas de crise par contre pour mes 8.000 et 3.000 euros ! C’est vous dire l’employeur et ce pays !!! MAIS là, pour une erreur de 1,7 MILLIARDS d’euros, pas de problème Madame la Marquise !!! Tout est arrangé et tout le monde « il est content »… Il me reste encore 7 ans à tirer, 10 avec la nouvelle législation (merci pourriture de Charles Michel)… Et les nouveaux ont priorité sur les anciens pour les rares changements de poste ou le télétravail (et tant pis si vous commencez à avoir des soucis de santé vu votre âge !) : le monde à l’envers ! Pour les mêmes compétences, des jeunes de 20 ans en télétravail (sinon ils partent ; nous les anciens trop tard pour recommencer une carrière ailleurs) et des vieux de 58 au turbin à Bruxelles tous les jours, 3 heures de trajet aller-retour !!! Je crois qu’avant longtemps, DÉGOÛTÉ, je vais rejoindre les 500.000 malades de longue durée !!! J’y gagnerai un salaire moindre mais des réductions et des chèques sur le mazout, l’électricité, l’eau… et des tarifs sociaux pour les frais médicaux etc. etc… Plus besoin de costume ou d’équipements pour aller bosser, de parking SNCB à payer, de frais de voitures jusqu’à la gare, de frais si on a oublié ses tartines (pas de cantine chez nous)… Ne plus devoir se lever à 05h30 pour revenir chez soi à 18h00… Pour en revenir à cette histoire de budget, si c’était la Secrétaire d’Etat qui avait raison, ce serait crapuleux !! Mais plus rien ne m’étonne avec ses guignols ! Et une certitude : un pauvre type au bas de l’échelle qui fait une erreur d’un euro, c’est la porte… Mais pour ces crapules qui nous gouvernent (et je pèse mes mots) et se trompent d’1,7 milliards : l’immunité, comme d’habitude… Vous avez dit : Démocrassie (sic) ?...

  • Posté par Drizis Pinelopi, jeudi 17 novembre 2022, 16:43

    Après le greffier, la secrétaire d'Etat que les journalistes flamands décrivent comme courageuse et compétente va servir de bouc émissaire. C'est dommage. De Croo ne pense qu'à son futur job européen. Il est de passage, indifférent au reste. Magnette aurait probablement eu plus d'espace politique, aurait-ce été différent? On ne le saura jamais. La fin de la législature va être bien longue.

  • Posté par D Marc, jeudi 17 novembre 2022, 16:18

    En octobre 2014, Jacqueline Galand annonce 2,1 milliards d'économies à la SNCB avant de réduire le montant à 663 millions. La bévue fait rire, mais Jacqueline a dû démissionner à la suite d'une série de bourdes, dont celle liée à un contrat de consultance sans passer par un appel d'offres. Nos ministres ne sont pas toujours à la hauteur, doivent-ils (elles) s'accrocher?

  • Posté par Vador Dark, jeudi 17 novembre 2022, 15:57

    1,3 milliards sur un déficit TOTAL de 36 milliards, nos politiciens ont-ils conscience du sens des priorités?

  • Posté par Bogaerts Jean Luc, jeudi 17 novembre 2022, 15:04

    Quel enfumage encore une fois ! Le prix de l'énergie a, grosso modo, été multiplié par 3,5. La TVA est passée de 21% à 6%, soit divisée par 3.5. Pour une même consommation, la TVA actuelle à 6% rapporte autant à l’État que la TVA à 21% il y a un an.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs