Accueil Police et justice

Insécurité sur le rail: des moyens discrets de prévenir les secours

La SNCB étudie la possibilité d’envoyer des messages d’urgence par SMS ou WhatsApp face à des violences, ou un sentiment d’insécurité, dans les trains, sur les quais ou dans les gares.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

Adopté fin octobre en première lecture du gouvernement (l’adoption définitive est espérée pour 2023), le nouveau code pénal belge prévoit le renforcement des peines contre les agressions du personnel des services publics, sur le rail entre autres, donc les violences envers les accompagnateurs de train.

Le rail n’échappe évidemment pas à la violence mais elle concerne aussi les passagers, comme victimes ou comme témoins. Jusqu’ici, la SNCB avait développé un numéro d’appel d’urgence (gratuit), le 0800.30.230, lié directement au centre de sécurité de la SNCB (SOC pour Security Operations Center). Mais il n’est pas aisé d’appeler discrètement des secours ou une aide potentielle quand la menace est en face de vous ou menace un de vos voisins. Dans son éventail de solutions pour améliorer la sécurité dans les trains mais aussi dans les gares, la SNCB veut ajouter une possibilité d’alerte plus discrète, à l’aide de messages d’urgence SMS ou WhatsApp.

Actes de violence et sentiment d’insécurité

Il s’agit, à ce stade, d’une intention, dont la réalisation devrait être opérationnelle durant l’année 2023. Les difficultés principales sont techniques et s’inscrivent dans le remplacement complet de la plate-forme digitale du SOC. L’objectif, pour la SNCB, est de déployer un ensemble de solutions contre les actes de violence mais aussi le sentiment d’insécurité, aussi bien à bord de ses trains que dans les gares et alentours. Des dispositions qui impliquent de pouvoir actionner des réactions à différents échelons, selon les faits, depuis l’accompagnateur ou le conducteur du train jusqu’à la police (communale et/ou fédérale) mais aussi les patrouilles de Sécurail ou, plus techniquement, les gestionnaires des très nombreuses caméras de surveillance (près de 10.000 !) qui jalonnent le domaine ferroviaire.

En attendant le déploiement de ces nouvelles possibilités, le principal moyen de communication en cas de sentiment d’insécurité dans un train, sur un quai ou dans une gare, reste le numéro général (0800.30.230) activé 24h/24 et 7 jours sur 7. Il y a également un bouton d’assistance dans les nouveaux trains (au niveau de l’entrée ou des WC) qui permet d’avertir l’accompagnateur de train en cas d’urgence.

Un accompagnateur qui dispose lui-même, sur son lecteur de titre de transport, d’un bouton d’urgence le reliant au SOC. Parallèlement, la SNCB comme le ministre fédéral de la Mobilité assurent que les services de Sécurail vont être renforcés par du personnel supplémentaire actuellement en recrutement.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Police et justice

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko