Accueil Guerre en Ukraine

L’Ukraine privée de «près de la moitié» de son système énergétique après des frappes russes

De nombreuses infrastructures énergétiques sont « hors d’état de fonctionner ».

Temps de lecture: 1 min

Près de la moitié » des infrastructures énergétiques d’Ukraine est « hors d’état de fonctionner » à la suite d’une série de frappes russes depuis début octobre, a indiqué vendredi le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal.

À lire aussi La vie à Kiev, quand la lumière se raréfie

« Près de la moitié de notre système énergétique a été mis hors d’état de fonctionner », a déclaré M. Chmygal lors d’une conférence de presse à Kiev avec le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. Il a ainsi réclamé « un soutien supplémentaire » de l’UE pour faire face à cette situation.

À lire aussi L’ambassadeur français à Kiev: «Jusqu’à présent, les Ukrainiens ont surmonté toutes les épreuves»

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par De Kegel André, vendredi 18 novembre 2022, 23:50

    M. Lecocq Jean-Louis. Presque d'accord avec vous, mais le retrait ne protègera pas les habitants du Donbass (au contraire même). En attendant ils peuvent se mettre autours d'une table et préparer petit à petit l'après conflit. Et il y aura du travail.

  • Posté par De Kegel André, vendredi 18 novembre 2022, 20:01

    Et malheureusement, le pantin qui est à leur tête refuse toute négociation. Or il y a moyen de parvenir à la paix durable en respectant les accords de Minsk. Quand on ne respecte pas les accords signés, il faut s'attendre à des réactions de la partie lésée. Les pro guerre, planqués derrière votre écran continuez à soutenir Poutine car votre attitude ne fait que renforcer ce personnage.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 27 novembre 2022, 18:13

    Pour mémoire: Posté par Van Ryn Charles-axel , 20/10/2022 à 08:36 Vous faites un peu trop facilement porter le chapeau à l'Ukraine concernant le non-respect des accords de Minsk. Or la Russie est ses alliés autoproclamés y ont pris une part essentielle. Ces accords de Minsk prévoyaient le respect d'un cessez-le-feu, le retrait des troupes russes des sous régions occupées et ensuite des élections locales. Mais la poursuite de l'état de guerre, nourri notamment par la continuation d'opérations militaires russes de conquête de territoire ukrainien, telle la prise de l'aéroport de Donetsk et les bombardements russes du réseau ferroviaire, ont fait en sorte qu'aucun des engagements souscrits n'a été respecté par personne, et surtout pas par la Russie et ses affidés qui ont maintenu en permanence un état de guerre sur le terrain auquel l'Ukraine a répliqué. La vérité historique exige de l'objectivité et de l'honnêteté intellectuelle. A défaut on risque d'en arriver à épouser les thèses poutiniennes en vogue en ce moment. Ce qu'on omet trop souvent de citer par contre sont les mémorandums de Budapest de 1994 aux termes desquels la Russie s'était engagée, en contrepartie de la restitution de l'arsenal nucléaire ukrainien, à respecter l'indépendance territoriale de l'Ukraine et sa souveraineté DANS SES FRONTIÈRES ACTUELLES. La Russie s'était également engagée à s'abstenir de toute menace et de tout usage de la force envers l'Ukraine, et surtout à s'abstenir de toute utilisation d'armes nucléaires. Le respect de ces engagements russes étaient garantis par les États-Unis et le Royaume-Uni, sous l'égide de l'Onu. Que reste t il de ces engagements russes aujourd'hui ? Rien. Ceci est également un vérité historique.

  • Posté par Bertrand Christophe, vendredi 18 novembre 2022, 21:48

    Quel Tartuffe , qui sait parfaitement bien que Poutine se fout comme d'une guigne des accords de Minsk .

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, vendredi 18 novembre 2022, 20:29

    Il suffit pourtant à la clique du Kremlin de se replier sur ses positions du 24 février pour débuter des négociations. Simple.

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une